La Nouvelle Tribune

Interdiction d’accès à la Sonacop au Dg Houessou : pour qui roule le Syntra-Sonacop?

Espace membre

Les rapports entre le Dg Sonacop et ses collaborateurs sont au point mort. Et les travailleurs, qui exigent son départ, lui ont interdit l’accès aux locaux de la société pétrolière. Cet acte suscite nombre d’interrogations.

Que cache le comportement des syndicalistes de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers (Sonacop)? Quelle est leur motivation ? Les questions fusent et les commentaires aussi, tant l’acte d’interdiction des accès de la Sonacop à son actuel directeur général sort de l’ordinaire.

En effet, selon plusieurs témoignages, «c’est la première fois que cela arrive». «On a déjà vu des syndicalistes faire partir des directeurs de par leurs mouvements, mais jamais lui interdire l’accès à son bureau», raconte une source anonyme pour qui l’acte du syndicat n’est, ni plus ni moins, qu’un excès de zèle. Et cela rime même avec de l’incivisme, si elle est réellement mise en œuvre. Car, qu’il vous souvienne que le Dg Expédit Houessou est le seul qui a été nommé par le Chef de l’Etat, suite à un Conseil des ministres, et donc on ne saurait lui interdire l’accomplissement de ses tâches et de sa mission, et cela jusqu’à ce que, si le gouvernement le juge nécessaire, il soit démis de ses fonctions.

Sur le même sujet : Crise à la Sonacop : le Syntra-Sonacop dénonce la mauvaise gestion du DG Houéssou

Mieux, les reproches, notamment de mal gouvernance et de malversations, agités par le syndicat de la maison à l’encontre du Dg, ne sont, pour le moment, que des présomptions. Et il faut une mission d’enquête pour confirmer ou infirmer. En plus, il y a des structures compétentes, comme l’Observatoire de lutte contre la corruption, l’Ige et autres, qui peuvent enquêter. Mais, en attendant qu’un rapport incrimine le Dg, il est nécessaire que chacun travaille, y compris le Dg, pour redresser la Sonacop qui croule sous le poids de la dette.

Faiblesse ou complicité de l’Etat?

Depuis plusieurs semaines, c’est la lune de fiel entre autorité, notamment le directeur général, et les travailleurs de la société de commercialisation des produits pétroliers réunis au sein du syntra-sonacop. Et, à en croire les syndicalistes et le dernier communiqué du Conseil des ministres, le gouvernement en est informé. Mais jusque-là, rien n’est fait. En tout cas, rien pour permettre au Dg Houessou, encore en poste, de vaquer à ses obligations de Directeur général. Et on se demande pourquoi l’Etat qui l’a nommé ne met pas les moyens, notamment des agents de la police, pour l’accompagner dans son bureau ?

Si, aujourd’hui, on ne connaît pas les motifs de cette attitude de l’Etat, d’aucuns pensent que c’est, peut-être, parce que l’Etat est faible ou qu’il est complice.

Même si les syndicalistes dénoncent des actes de mal gouvernance et de malversations financières, leurs actes paraissent «trop osés» et laissent perplexes. Et on a l’impression que tout n’a pas été dit et qu’il y a anguille sous roche.