La Nouvelle Tribune

Douanes Béninoises : Paul Tabé, nouveau Dg

Espace membre

Officieuse, agitée dans les arcanes du pouvoir depuis quelques jours, la nomination de l’inspecteur des douanes Paul Tabé a été aussi rendue officielle lors du Conseil des ministres du mercredi 10 Avril.

Il remplace ainsi Théophile Soussia qui a battu un record de longévité à la tête des douanes béninoises depuis l’arrivée de Boni Yayi au pouvoir, en y passant deux ans environ.

Paul Lafia Tabé, c’est le nom du nouveau Directeur général des douanes et droits indirects (Dgddi).  Il a été nommé, mercredi 10 Avril dernier, en conseil des ministres. Agé de 53 ans, le nouveau Dg est un inspecteur chevronné qui connaît l’administration douanière comme sa poche. Depuis près de trois décennies, il a occupé des postes stratégiques comme ceux de Directeur des ressources, de receveur des douanes à Hillacondji et Igolo, avant d’être fait chef brigade des douanes du port autonome de Cotonou, poste qu’il occupait jusqu’à sa nomination au poste de Dg. Très discret, il est très peu connu du grand public et passe pour un homme taciturne, pas très friand des médias. Rigoureux, il a toujours joué la carte de la fermeté dans plusieurs dossiers, et à la douane beaucoup se demandent s’il pourra bien travailler avec le Président Boni Yayi. Originaire de Nikki, il passe pour un des plus anciens inspecteurs de l’administration des douanes, avec l’admission à la retraite de la vague des Théophile Soussia, son prédécesseur. Aussi compétent que lui, mais moins politique, il n’a jamais officiellement milité au sein des Fcbe, même s’il a flirté un peu avec les douaniers patriotes.

Lire également : Ecole nationale des douanes : port de galons à 111 élèves préposés des douanes promotion 2010

Théophile Soussia, une fin amère à la douane

Le Dg sortant, Théophile Soussia, devrait regretter son choix. En 2011, fraîchement élu député dans son Mono natal sur la liste Fcbe, il avait une possibilité, à deux ans de sa retraite, d’aller à l’hémicycle. Mais à la place du mandat politique de quatre ans, il a choisi de rester et de servir la douane. Il aurait été motivé, selon nos sources, par le Chef de l’Etat qui lui aurait promis le poste de Dg, s’il se faisait élire député dans une circonscription électorale où la tâche s’annonçait difficile avec la disparition de Pierre Urbain Dangnivo. Une fois élu député, il est nommé Dg et il laisse son poste de député à son suppléant. Entré en retraite le 1er Avril dernier, il a été surpris d’entendre dans la presse le nom de son remplaçant. Selon des indiscrétions, il s’attendait à ce qu’on le maintienne un peu à son poste - comme un certain James Sagbo nommé Dg en dépit de son statut de retraité - pour jouir un peu des fruits de ses efforts politiques. Mais les pressions venant de l’administration des douanes et les lobbys proches du pouvoir ont eu raison de cette ambition. Le Chef de l’Etat n’a pu respecter sa promesse, si promesse il y avait eu vraiment. Et Soussia devrait être un peu dans le regret.