La Nouvelle Tribune

Politique nationale

Espace membre

Que cherche encore Amos Elègbè?
Amos Elègbè est encore revenu. Après avoir soutenu la candidature de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Kolawolé Idji, à la dernière élection présidentielle contre son frère des Collines et le changement, il est devenu subitement l’ardent défenseur du régime en place avec des arguments de bas étage qui le discréditent devant les Béninois de la génération consciente.

Ainsi par ses dernières sorties médiatiques, il a tenu des propos dangereux et suicidaires pour la nation et la démocratie béninoises. Dans ses dernières manœuvres politiciennes, il est allé même soutenir qu’il faut désormais confier la gestion des élections au ministère de l’Intérieur. Ce faisant, il veut reculer le pays et sa démocratie à une époque révolue.
Dès lors, Pourquoi de tells agitations de Amos Elègbè ces derniers temps ? Pour répondre à cette question, on n’a pas besoin de chercher loin. Celui qui connaît bien l’histoire politique de ce pays ne  doit pas s’étonner de ses déclarations intempestives. M. Elègbè a été l’homme de tous les régimes depuis 1972. Il était tout puissant aux côtés du Général Mathieu. Il faisait partie des têtes pensantes du régime révolutionnaire. Qu’est-ce qu’il avait fait en son temps pour la bonne marche du pays ? Rien. Le bilan de cette révolution qui a entraîné le Bénin dans la ruine en dit long. Délabrement de l’économie nationale, exécutions sommaires, massacre d’opposants, faim et autres difficultés d’Israel ont caractérisé ce régime dictatorial. Et pourtant, Amos Elègbè était conseillé du président Kérékou. Cette époque a fini avec ses tares. Comme la fin d’un régime n’est pas  celle de ses tenants,  il a su  a changer de veste.  On l’a encore vu dans le système-Soglo de 1991 à 1996 abandonnant ainsi le président Kérékou mis en chômage politique. Toujours dans ses œuvres, il a joué un rôle déterminant sous Nicéphore Soglo. Tout le monde connaît le résultat de cette période tout au moins au plan politique. Cet ancien président en son temps a été mal conseillé et poussé dans l’abîme. En conséquence, il a perdu les élections en 1996 face au Général Kérékou. Toujours dans ses acrobaties, il est revenu aux affaires aux côtés de son ancien chef de 1996 à 2006. Le bilan de ce régime, comme tout le monde le sait bien, était catastrophique. Il a été même ministre de la Culture et a gardé un silence complice sur la question de la révision de la Constitution. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la même personne se repositionne aux côtés du président Boni Yayi qu’il avait combattu à la dernière élection présidentielle. Au lieu de donner de sages conseils au chef de l’Etat, il tient des propos  va-t-en guerre, alors que le Bénin a besoin de la paix pour consolider sa démocratie. Qu’est-ce qui prouve d’ailleurs qu’il n’est pas en mission pour pousser le président Yayi dans l’enfer ?
Il est temps que M. Elègbè tire leçon de son passé politique. A force de vouloir revenir toujours aux affaires à cause des intérêts personnels, on finit par se faire découvrir davantage. Il a déjà démontré de quoi il est capable. C’est mieux pour lui de jouer le rôle de sage derrière les jeunes, afin qu’ils fassent aussi leurs expériences. Alors, il doit laisser les choses, avant que les choses ne le lâchent.

Jules Yaovi MAOUSSI