La Nouvelle Tribune

Les baptisés au nom du changement, de l’émergence et de la refondation

Espace membre

7 ans du régime de Boni Yayi à la tête de la République du Bénin. 7 ans d’une implication – sans pareil par le passé – des religions dans la gestion des affaires politiques de la nation. Le patron de la République en a ainsi voulu. 

Certes, tout citoyen a le droit et le devoir de participer à la gestion de son pays, mais dans le cas d’espèce, certains responsables d’église, de couvent, de palais royal, ont tellement mordu à l’hameçon, qu’ils ont abandonné leur mission première au sein de leur communauté religieuse, au profit de la « chasse » pour le compte de Yayi. Plusieurs catégories se distinguent. Entre autres, les pasteurs et les têtes couronnées.

Dans la première catégorie, ces hommes théologiens qui savent si bien annoncer la bonne nouvelle au nom de Jésus-Christ, ont mis leur expertise au service de la politique Yayi. Rappelons que, dans leur mission pour Christ, la mission était : «Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du père, du fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. Cf Mathieu 28 : 19-20». Mais, une nouvelle fonction, faisant naître une nouvelle mission, leur a été trouvée dans la politique ; leur nouvelle lettre de mission est désormais ainsi formulée : «Allez, faites de tous les Béninois, des disciples de Yayi, les baptisant au nom du changement, de l’émergence et de la refondation, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis naturellement, puis absolument, avec vous tous les jours, autant que je tiendrai en main le Bénin. Cf St Thomas 2006-2013.»

Lire aussi : 2nd quinquennat de Boni Yayi : la religion s’invite dans la refondation

ou encore : L’Evêque et le Diplomate: des Rapports ambigus entre la Politique et la Religion!

Ces pasteurs, il faut leur tirer chapeau. Il s’est trouvé parmi eux, de vrais disciples politiques. Ils administrent aux Béninois, sans faille et sans modération, tout ce que le Docteur leur a prescrit. Oui, il faut le leur reconnaître. C’est une qualité. Dans leur pêche, ils sont même arrivés à pêcher de grosses cylindrés politiques pour le Docteur. C’est du moins ce que l’on peut retenir, d’après les témoignages qu’ils font eux-mêmes de leur mission au service du changement. Ils auraient même réussi à tenir la main d’un certain député et de certains ministres, et les conduire chez le supposé messie de 2006. 

Comme eux, leurs collègues “têtes couronnées“ n’ont pas démérité dans la mission. A leur niveau, cette mission consiste à faire de tous les Béninois, des princes et princesses du Roi Yayi. Eux, ils sont même allés au-delà de cette conquête. A côté des pasteurs qui ont le verbe facile pour la propagation de l’évangile selon St Thomas, les têtes couronnées, qui ont également souscrit à la mission, font montre d’autres talents. Que de fois, n’ont-ils pas chanté, joué et dansé, pour le plaisir de leur Roi du Palais de la Marina? Comme ils prennent eux-mêmes plaisir à suivre les prestations artistiques de leurs adeptes et de leurs princes et princesses dans leurs différents couvents et palais, le Roi de la République éprouve aussi certainement du plaisir à les voir se revêtir de ce costume de talentueux artistes percussionnistes, danseurs et chanteurs dans son Palais de la Marina. Et même s’il n’en prenait pas du bonheur, ces apôtres-rois sont volontaires, puisqu’ils savent, eux, ce qu’il faut pour que l’ambiance règne dans un palais.

Lire tous les articles du Dossier spécial 7ans de Boni Yayi

Derrière tout ceci c’est, entre autres, la force de l’argent. Toutes ces différentes catégories d’apôtres reçoivent chaque année un salaire, au nom de leur communauté religieuse à la base. Si cet argent vise la convergence de tout le monde vers Yayi, c’est plutôt la divergence qu’il crée parfois au sein de ces communautés. Jusque là, une seule congrégation chrétienne a pu résister à cette tentation financière. Mais ce n’est pas pour autant que ses fidèles ont tous échappé à l’onction. En réalité, le feu de l’esprit de St Thomas n’a épargné aucune religion.

Directement ou de façon indirecte, il s’est répandu sur toutes les communautés religieuses. Saint Thomas règne sur le Bénin depuis 2006 et «bénit» tous ceux qui ouvrent leur cœur au Changement, ou à la Refondation.