La Nouvelle Tribune

A l’occasion de la journée de la femme à Djrègbé : une question de préséance oppose Onifadé à Shannou

Espace membre

Dans le cadre des festivités marquant la Journée internationale de la femme, le chef du village de Djrègbé, dans la commune de Sèmè-Kpodji, en collaboration avec les responsables de la coordination Fcbe de l’arrondissement de Djrègbé, a initié cette fête au profit des femmes des Fcbe de son arrondissement.

Mais cette fête a quelque peu tourné au vinaigre, à cause d’un petit accrochage ou du moins un malentendu entre le député Fcbe de la 19è circonscription électorale, Sofiath Shannou, et l’actuel ministre de la microfinance, Sofiath Onifadé Baba Moussa.

C’est la preuve que le torchon brûle dangereusement entre ces deux personnalités. En effet, ce samedi dernier, le député Sofiath Shannou et la ministre Sofiath Onifadé Baba Moussa ont toutes répondues présentes à la manifestation. Toutefois on pouvait noter l’ambiance morose qui régnait entre les deux personnalités. Ce qui est venu enfoncer davantage le clou, est une question de préséance qui a été soulevée par la ministre Onifadé en plein déroulement des allocutions, selon la programmation faite par les organisateurs. A la suite des allocutions de la représentante des femmes, du président de la coordination Fcbe de l’arrondissement de Djrègbé et du maire Mathias Gbèdan, il était question de donner la parole au ministre Onifadé Baba Moussa, mais cette dernière a vigoureusement protesté devant le député Shannou qu’elle représente le gouvernement et qu’elle devrait être la dernière à prendre la parole après l’allocution du député Shannou. Ce qui a mis mal à l’aise les organisateurs de la manifestation qui lui ont expliqué que c’est ce qui a été prévu. Malgré ces explications, elle a insisté pour passer en dernière. Ainsi, durant près de 15 minutes d’horloge, aussi bien le maire Mathias Gbèdan que le chef du village de Djrègbé, sans oublier les autres personnalités présentes, ont tenté de convaincre la ministre Onifadé, mais rien n’y fit. Elle n’a pas voulu démordre. Face à sa résistance vis-à-vis des organisateurs, l’ordre de préséance a été alors modifié. Tout ceci se passait devant les yeux et à la barbe des centaines de femmes présentes, des autorités locales présentes et du député Sofiath Shannou qui n’a pipé mot. C’est ainsi que le maire Mathias Gbèdan est venu une fois encore à la rescousse pour départager les deux personnalités en leur proposant que la ministre parle de microcrédits aux femmes et que la député évoque à l’assistance les problèmes liés à la lutte contre l’essence kpayo dans la commune de Sèmè-Kpodji.

Finalement la parole a été donnée au député Shannou qui a expliqué brièvement, en quelques secondes, que ce n’est pas le député qui parle du kpayo et que c’est du ressort du gouvernement ainsi que les problèmes de microcrédits. Elle s’est donc contentée de parler, en sa qualité de député, des lois au parlement et du contrôle de l’action gouvernementale. Prenant la parole à son tour, la ministre Sofiath Onifadé répliqua en s’adressant à l’assistance : « excusez-moi, mais avec tout le respect que j’ai pour le gouvernement et pour le Chef de l’Etat, nous devons faire les choses dans les règles de l’art. Nous avons ce qu’on appelle dans l’administration, la hiérarchie. Nous savons comment ça se fait, donc je propose à mes sœurs et frères qui sont ici, que nous fassions les choses telles qu’elles se font… ». Au terme de cet accrochage, le calme est finalement revenu après de multiples interventions des uns et des autres, ce qui a permis à la ministre Onifadé de reprendre la parole et prononcer son allocution. La, parole a été redonnée au député Sofiath Shannou, mais les protestations du ministre Onifadé ont repris et elle a protesté une seconde fois contre le fait qu’on ait donné la parole au député Shannou. N’eût été les excuses des autorités présentes, la ministre Baba Moussa a voulu déserter le forum avant la fin de la manifestation. Cette guéguerre constitue un mauvais présage pour les futures joutes électorales de 2013.