La Nouvelle Tribune

Affaire Padme

Espace membre

{ic_doc}{/ic_doc}La pomme de discorde selon les vérificateurs

 Les travaux de vérification de la gestion du Padme ont été conduits selon les inspecteurs vérificateurs conformément aux règles et pratiques déontologiques de leur corps. Trois parmi eux ont été reçus hier dimanche sur une spéciale émission « Questions d’actualité » du groupe de presse «La Gazette du golfe» au cours de laquelle ils ont décrit à nouveau la procédure de vérification et les différentes occasions de contradiction qu’ils ont offertes au directeur général du Padme, René Azocli.

Selon les trois invités dont le responsable, un inspecteur de l’Inspection général des finances (Igf) et un membre de la Cellule de micro finance du ministère de l’Economie et des Finances, la pomme de discorde se situe au niveau du refus de M. Azocli de produire son mémoire de contre observations dans le délai d’une semaine que lui a suggéré la commission de vérification. Saisi par la requête des inspecteurs de produire ses contre observations dans un délai d’une semaine, M. Azocli a selon les invités de l’émission, écrit pour demander que ledit délai soit porté à trente jours. Une telle prolongation n’était pas favorable au calendrier des inspecteurs qui ont dit avoir déjà eu deux séances de contradictions avec le directeur général dont les réponses devraient suffire pour la production de leur rapport. A l’occasion de l’émission d’hier, les inspecteurs sont revenus sur les constats faits par la commission, confirmant les données rendues publiques dans le communiqué du conseil des ministres du mercredi 05 mars 2008. Il s’agit entre autres de l’absence d’une organisation ou structuration adéquate au bon fonctionnement de l’institution, de l’absence trop longue du directeur général à son poste au cours d’un exercice, de l’existence d’une pratique de mise en place de crédits fictifs pour un montant de plus d’un milliard de francs cfa et du taux trop élevé de crédits non recouvrés classés déjà dans le registre des pertes pour également un montant de plus d’un milliard de francs cfa.

 

Ludovic Déguénon