La Nouvelle Tribune

Célébration du 1er août à Grand-Popo

Espace membre

Le maire  Ablo invite ses administrés à l’union et au travail
Le conseil communal de Grand-Popo avec à sa tête Benjamin Ablo a célébré le 48ème anniversaire de l’indépendance du Bénin. A l’occasion, l’actuel locataire de l’hôtel de ville de Grand-Popo a invité une fois encore les filles et fils de la commune à l’union et au travail pour que cette ville retrouve sa place de carrefour de grands centres commerciaux de la période coloniale.

Les populations des sept arrondissements de le commune de Grand-Popo étaient au rendez- vous ce vendredi 1er août, car l’évènement était de taille et surtout que c’est la première fête de l’indépendance que l’actuel conseil communal célèbre. L’appel du maire Benjamin Clotaire Ablo et de son conseil communal a été entendu. Les cadres, les associations de développement, les artisans, les jeunes, les femmes, les conducteurs de taxi motos et les structures décontrées n’ont pas voulu se faire conter l’évènement. Tous les ingrédients y sont pour passer une agréable fête de l’indépendance qui est commémorée pour la première fois à Grand-Popo avec beaucoup de soins. La particularité de la fête à Grand-Popo c’est le défilé militaire qui a connu la participation des gendarmes et des assujettis du service militaire d’intérêt national dans la commune et le défilé civil regroupant les jeunes, les associations de femmes, d’artisans, de maraîchèrs et de zémidjans. Et comme on devrait s’y attendre deux discours ont marqué cette célébration. C’est d’abord Airy Tonato, président de l’association de développement de Grand-Popo, porte- parole des associations de développement de la commune qui a pris la parole pour indiquer que le temps est arrivé pour que Grand-Popo reprenne son qualificatif de Grand. Et pour y parvenir, il a exhorté tous à ceindre les pagnes, les tabliers pour que dorénavant la commune devienne plus Grande que ses fils. Il a par la suite lancé un appel à la solidarité, à l’union, à l’engagement citoyen au service de la commune et à faire en sorte que les hommes et les femmes des sept (07) arrondissements disposent de l’eau potable, de l’énergie, de l’alimentation, des soins et surtout de la connaissance. La commune de Grand-Popo se meurt, elle est en retard voire reculée par rapport aux autres. Le chef lieu, Grand-Popo a perdu sa renommée et sa place administrative. Pour remedier à tout cela, il faut que les choses changent, les mentalités ainsi que les comportements. Le maire Benjamin Ablo a invité toutes les couches socio- professionnelles à s’armer d’ardeur au travail, au travail bien fait. Pour lui, aucun développement ne peut se faire dans la division, dans la lacune. Donc selon lui, il faut l’union, la paix, la solidarité, toutes choses qui concourent au développement. L’union,  la paix et le développement ont été les mots qui sont évoqués durant toute la célébration. Cela se comprend quand on sait que 48 ans après l’indépendance du pays certains béninois continuent de vivre avec un dollar par jour. Il faut souligné que la fête s’est achevée par une rencontre de football qui a mis aux prises l’équipe de Grand-Popo à celle de Hillacondji. Le score qui a sanctionné ce match est de 1 but à 0 en faveur de l’équipe de Grand-Popo.

Janvier Zocli