La Nouvelle Tribune

Emmanuel Golou à propos des ordonnances

Espace membre

Emmanuel Golou « C’est une opération brutale, inutile, nuisible… pour notre pays »
A la faveur d’échanges à bâton rompus hier mercredi dans son cabinet à Cotonou, le secrétaire général du Parti social démocrate (Psd), Emmanuel Golou apprécie le recours lundi dernier par le chef de l’Etat à l’article 68 de la Constitution. Les ordonnances prises lundi par le président de la République rendent plus profonde encore la crise politique actuelle. C’est ce que pense Emmanuel Golou, secrétaire général du Parti social démocrate (Psd) qui a eu hier mercredi des échanges libres avec nous sur la question. Ainsi, cette opération pour lui, « est hâtive, brutale, inutile et malheureusement nuisible pour notre pays ». Et pour cause ! « Quelle est l’institution dont le fonctionnement est menacé ? Y-a-t-il une guerre qui menace l’intégrité du territoire national ? » s’est interrogé le député qualifiant le risque de perte de financement d’argument qui ne tient pas. Car, a-t-il rappelé d’un air humble, « nous avons tous été à des niveaux élevés de responsabilité pour le savoir ». L’initiative du chef de l’Etat est d’autant plus remplie de conséquences qu’elle porte entre autres sur le code des investissements dont l’objectif « est d’attirer les gros investisseurs ». Mais  quel investisseur prendra le risque d’investir sur la base d’une réglementation mise en œuvre par ordonnance, une mesure d’exception, se demande le député, par ailleurs actif dans le domaine des gros investissements. Cette crainte amène l’honorable Golou à craindre que le chef de l’Etat ne mette « le peuple à genoux pour encore plusieurs années ».

La clémence des députés

Face au refus du gouvernement de respecter les dispositions de loi relative à l’installation des conseillers communaux, « nous avons dit que nous voterons plus de nouvelles lois pour qu’elles soient aussi bafouées ». Mais, l’Assemblée nationale est cependant restée souple, a constaté M. Golou car elle aurait pu aller plus loin en prononçant le rejet des projets de loi soumis objet des ordonnances. Alors l’unique porte de sortie de crise qui s’offre aujourd’hui au chef de l’Etat consiste selon le secrétaire général du Psd en l’installation effective de tous les conseils communaux comme l’exige la loi. Ainsi, martèle l’élève du président Bruno Amoussou, « le chef de l’Etat doit faire installer les conseillers communaux ».

Ludovic D. Guédénon