La Nouvelle Tribune

Concours de recrutement d’Ape au Mef : la Fésyntra-Finances dénonce la politique de fuite en avant du gouvernement

Espace membre

Dans un communiqué daté hier, la Fédération des syndicats des travailleurs du ministère en charge des Finances (Fésyntra-Finances) est revenu sur le désormais «scandale concours de recrutement».

Dans les lignes de leur note, Laurent Mètongnon  et les siens ont fait de nouvelles révélations sur la fraude et ont dénoncé la politique de fuite en avant du gouvernement qui consiste à l’usure, à l’abandon du  problème par les victimes et le peuple, ainsi que la répression des marches pacifiques. Ils invitent le Chef de l’Etat au respect de son serment de prise de fonction.  Ledit communiqué est ci-dessous publié. Lisez plutôt.

Communiqué

S’il y a un doute dont le Président de la République du Bénin doit ôter les citoyens aujourd’hui, c’est le respect ou non de ce 3ème alinéa de son serment avant son entrée en fonction : « de nous laisser guider que par l’intérêt général et le respect des droits de la personne humaine, de consacrer toutes nos forces à la recherche et à la promotion du bien commun, de la paix et de l’unité nationale ».

Avant ce fut seule la FESYNTRA-FINANCES. Mais après l’organisation des concours de recrutement dans la fonction publique au profit du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF), les travailleurs, les parents d’élèves, les diplômés sans emplois et chômeurs, les étudiants, l’OLC, ALCRERE , PCB, Convention Patriotique des Forces de Gauche, certains journalistes courageux à travers leurs plumes, leurs voix chaque matin, certains faiseurs d’opinions, des personnalités comme Wallis ZOUMAROU , Jean Kokou ZOUNON, certaines Centrales et Confédérations Syndicales,(CSTB et CSA) parlent de : Fraude, tripatouillage, substitution et d’ajout de noms, favoritisme, népotisme, ethnicisme, régionalisme, etc. etc. etc. Tous exigent l’annulation de ces concours et les sanctions appropriées aux auteurs de cette corruption à grande échelle.

Face à tout cela personne ne sait comment une dite commission mise en place travaille sans que la FESYNTRA-FINANCES ne soit pas encore invitée. Le gouvernement joue ainsi comme d’habitude à l’usure, à l’abandon du problème par les victimes et le peuple, en faisant réprimer par la police et la gendarmerie toutes tentatives d’actions visant à prendre l’opinion publique et internationale à témoin par des marches pacifiques.

 Alors que les auteurs de ce scandale rasent le mûr au Ministère du Travail et de la Fonction Publique (MTFP), essaient de l’étouffer  par tous les moyens  mêmes occultes, certaines personnalités qui ont fait des placements, ont le courage et l’outrecuidance d’aller à Parakou souiller des gens qui ne connaissent rien de ce tripatouillage, et portent ainsi un soutien à la corruption, aux contre-valeurs, au piétinement de l’éthique.

Mme le Ministre du Travail et de la Fonction Publique, doit à cet instant, donner au peuple Béninois et surtout aux conférenciers, les statistiques des concours organisés depuis son arrivée à la tête de ce département ministériel. Tenez, pour le concours des contrôleurs de travail, sur 20 places, elle sait que nous savons que 18 sont allées à une région bien précise ? De même pour le concours des inspecteurs du travail sur les 25 places que 20 sont données aux ressortissants d’une région? Est-ce un hasard? Ceci expliquerait t-il cela aujourd’hui?

Pis, pour les concours à polémique actuels, Mme le MTFP sait que la FESYNTRA-FINANCES sait que GARBA ASSO AZIZ, n’est pas que le neveu du Directeur du recrutement des agents de l’Etat, Mr GARBA YAYA,  mais l’assistant qui s’est occupé du volet technique de l’organisation à savoir : épreuves, tirage, corrigés, informatique, etc. Malgré ce niveau d’implication, il a été candidat et lauréat. Au lieu du 1er rang, il occupe hypocritement  la 8ème place pour le concours des contrôleurs des impôts. Il a fait réussir beaucoup d’autres dont son beau-frère.

La FESYNTRA-FINANCES rappelle au Président de tous les Béninois son serment d’entrée en fonction, sa responsabilité dans le maintien d’un environnement sain, satisfaisant, durable et favorable au développement comme le précise le dernier alinéa de l’article 74 de la Constitution du Bénin. La FESYNTRA-FINANCES continue d’espérer que toute la lumière sera faite autour de cette affaire des concours tout comme autour de l’affaire DANGNIVO comme il l’a promis voilà bientôt 03 ans.

COTONOU, LE 26 FEVRIER 2013
Pour la FESYNTRA-FINANCES
Le Secrétaire Général Fédéral
Laurent METONGNON