La Nouvelle Tribune

La méthode inclusive de Madougou pour pacifier la maison «Justice»

Espace membre

La salle de conférence du ministère de la Justice a servi de cadre hier, à une rencontre entre la Garde desSceaux et trois syndicats de son département ministériel. Cette rencontre dite de prise de contact, fait suite à celle de la ministre avec l’Unamab et le Syntrajab.

La pacification de la «maison Justice».C’est le premier défi qui s’impose au ministère de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme. Et la Garde des Sceaux en est bien consciente. C’est pourquoi, comme elle l’a promis lors de sa prise de fonction, la ministre Réckya Madougou Yèdo a entrepris une série de consultations avec les syndicats de la maison. Ceci, en vue de la pacification de la maison ‘’Justice’’. Après les délégations de l’Union nationale des magistrats du bénin (Unamab) et du Syndicat des travailleurs de l’administration judicaire et assimilés du Bénin (Syntrajab), la Garde des Sceaux, a reçu hier, trois autres syndicats de son département ministériel. Le Syndicat national des travailleurs de la justice (Syntra-justice), le syndicat national des greffiers et officiers de justice du Bénin (Syngojub) et l’Association des greffiers et officiers de justice du Bénin (Agojub).

Dans ses propos liminaires, la Garde des Sceaux, Réckya Madougou Yèdo, pour qui «l’exclusion ne sera pas de mise», a affiché sa vision du syndicalisme. «Le syndicalisme dont je rêve pour mon pays est le syndicalisme du développement. Un syndicalisme bénéfique à la fois pour les syndiqués et pour la communauté», a fait savoir la ministre. Si cette rencontre de prise de contact est une occasion pour les syndicalistes de présenter leurs doléances, doléances auxquelles, une fois hiérarchisées,  la Garde des Sceaux promet donner satisfaction dans la mesure du possible, elle est une opportunité de s’entendre sur les principes de travail.

Le dialogue comme principe de travail

Lors de sa rencontre avec les syndicalistes, la ministre Madougou a fait le vœu de voir le dialogue érigé comme principe de travail. Un dialogue qui passe par la compréhension mutuelle. Dans cette optique, elle a annoncé la mise sur pied sans délai d’un comité inclusif de dialogue sectoriel. Ce qui permettra, à en croire la Garde des Sceaux, un environnement sain et propice au travail.

Le renouveau  de la justice, l’autre défi de la ministre

Le renouveau de la justice au Bénin. C’est l’autre défi de la ministre Madougou qui pense qu’« il faut que le peuple béninois, au nom duquel la justice est rendue, puisse se reconnaître dans les décisions de justice». Et ce renouveau passe nécessairement par l’organisation des états généraux de la Justice. Lesquels états permettront de faire, d’une part le point des problèmes de la maison, et d’autre part, de taire les rancœurs et permettre la réconciliation des uns avec les autres.

Pour la relève des défis qui s’imposent à son département, la ministre a dit toute sa disponibilité, son engagement à travailler dans une ambiance paisible avec les syndicats. Toute chose que les responsables syndicaux ont saluée à juste titre.