La Nouvelle Tribune

Service des renseignements et garde rapprochée du Chef de l’Etat

Espace membre

Les‘’bannis’’ du régime Kérékou bientôt de retour
Les responsables et les équipes du service  de renseignements ainsi que celles de la garde rapprochée du président de la République ne donneraient pas totalement satisfaction à l’actuel locataire du palais de la Marina. Ainsi, de plus en plus, on parle de recourir aux services des fonctionnaires qui ont commandé ces structures sous le Général Mathieu. Kérékou.

Selon certaines sources, la direction du service de liaison et de la documentation (Dsld) serait bientôt patronnée par un Colonel qui avait déjà travaillé avec beaucoup d’efficacité sous le président Mathieu Kérékou. La garde rapprochée du président de la République n’échapperait pas non plus à un retour sous les ordres d’anciens collaborateurs de l’homme du 26 Octobre 1972. Les  motifs de ce rappel de la bande à Kérékou seraient les lacunes de plus en plus observées au niveau de ces équipes et leur manque de résultats. Or, on se rappelle comme si c’était hier, que dès son installation au palais de la République, le président Boni Yayi avait fait un  balayage systématique des hommes et femmes qui collaboraient avec l’ancien régime. Il en a été de même dans les services stratégiques de l’appareil étatique. Alors que c’est connu de tout bon politicien qu’il ne faut pas mettre un quidam à la tête de ces services. Seul des agents expérimentés qui ont fait leurs armes dans ces secteurs sont à même de produire des résultats positifs. Aujourd’hui, le président semble se rendre à l’évidence que ceux en qui il avait placé sa confiance n’avaient pas les aptitudes pour exercer les tâches à eux assigner. Les preuves de leur incapacité et de leur incompétence sont légions selon des sources proches de palais. En témoigne le limogeage du Colonel Soulémane Chabi qui était en charge de la direction de liaison et de la documentation (Dsld). Aussi, certains  anciens éléments, ceux-là qui étaient les damnés du régime défunt seraient-ils de nouveau opérationnels au sein de la garde rapprochée du Chef de l’Etat. Ce qui vient d’une certaine manière corroborer la thèse de ceux qui pensent que les cadres Béninois sont bons et que c’est plutôt le système dans lequel ils évoluent qui est vicié.

Benoît Mètonou