La Nouvelle Tribune

Lutte contre la vente de l’essence frelatée : la proposition de Basile Ahossi

Espace membre

Au Bénin, la vente de l’essence frelatée ou de contrebande appelée «Kpayo», une activité vielle de plus de 30 ans, fait perdre à l’Etat d’énormes ressources financières avec beaucoup de risques au plan sanitaire.

Après une première tentative qui a échoué au début de son premier mandat, le chef de l’Etat a décidé, il y a quelques mois, de lutter contre ce commerce illicite. Mais, le constat est que la pratique persiste. Hier, sur le plateau de Zone France (Canal 3 Bénin), Basile Ahossi, député Union fait la Nation (opposition), ancien douanier, a martelé que la lutte actuelle est «une bataille inutile». Pour cet ancien membre de la Commission de lutte contre les produits pétroliers illicites, la lutte sous sa forme actuelle ne consiste qu’au gaspillage de l’argent.  Sa proposition : «Il faut d’abord construire des stations service partout où le besoin se fait sentir, subventionner un peu l’essence à la pompe pour y baisser le prix afin de permettre au secteur formel de tenir la concurrence face au secteur informel.»

Mais où va le kpayo  saisi par les forces de l’ordre? «Quand j’étais président de la Conamip, on déversait le produit saisi à la Sonacop qui avait, a-t-on dit, un appareil pour traiter le produit frelaté». Et qu’est-ce qui se passe actuellement? Question.