La Nouvelle Tribune

Envoi de contingent béninois au Mali : les Forces de gauche dénoncent la procédure

Espace membre

Par communiqué de presse rendu public le 16 janvier dernier, la Convention patriotique des forces de gauche s’est prononcée sur la situation de «guerre» qui prévaut dans le Nord du Mali. Elle trouve anticonstitutionnelle la procédure d’envoi d’une troupe béninoise sur le front malien annoncé dimanche dernier.

Le déploiement d’un contingent béninois de 300 hommes sur le front du Nord-Mali, occupé depuis plus de 09 mois par des Jihadistes radicaux, continue d’être sujet à polémique. Précisément sa procédure. Par communiqué de presse en date du 16 janvier 2013, la Convention patriotique des forces de gauche s’est indignée de la procédure de déploiement du bataillon béninois dans le cadre de la mission internationale de soutien au Mali. Le communiqué signé par le président de la Coordination de la Convention, Philippe Noudjènoumè, fait remarquer, contrairement à ce qui se raconte un peu partout, qu’il s’agit bel et bien «d’un front de guerre» dans le Nord du pays de Amadou Toumani Touré (Att), président renversé le 28 mars 2012. Et non une mission de maintien de paix comme on le fait croire par ici. Et en tant que telle, la Représentation nationale devrait pouvoir donner son avis avant que les éléments ne soient déployés sur le théâtre malien pour combattre sous commandement de la troupe togolaise comme l’a annoncé dimanche dernier, le Chef d’état major des Forces armées béninoises, le Contre-amiral, Dénis Hounsou Gbèssèmèhlan à sa sortie d’une audience avec le Chef de l’Etat. La Convention dénonce dans son communiqué, la prise unilatérale de la décision d’envoi de bataillon au Mali et rend responsable le Chef de l’Etat et son gouvernement des déconvenues qui en découleraient.