La Nouvelle Tribune

Négociation gouvernement/syndicats

Espace membre

Les débats achoppent sur le relèvement du point indiciaire
(Les travailleurs exigent 25%, le gouvernement propose 2%)
Pour la deuxième journée consécutive, le gouvernement et les centrales syndicales se sont retrouvés pour trouver un terrain d’entente autour des huit points inscrits dans la motion de grève en date du 10 juillet dernier dans le cadre de la cherté de la vie.

Sans trop de difficultés, les deux camps ont été unanimes à reconnaître que les  deux premiers points à savoir la hiérarchisation des salaires des travailleurs des secteurs privé et parapublic et le relèvement du Smig à hauteur de 25%, devront être reversés au Conseil National du Travail (Cnt) qui statuera à ce propos à partir du 04 Août prochain. Le gouvernement doit également rencontrer le patronat pour harmoniser les points de vue sur la question. Par contre, sur le troisième point qui concerne le relèvement du point indiciaire à hauteur de 25% dans les secteurs privé et parapublic, la délégation gouvernementale composée des ministres  Emmanuel Tiando de la fonction publique et du travail, de Grégoire Akoffodji du commerce et de l’industrie et de Soulé Mana Lawani de l’économie et des finances, n’a pu s’accorder avec les secrétaires généraux des différentes centrales syndicales. Pendant que Gaston Azoua, Pascal Todjinou, Emmanuel Zounon, Georges Kajaï Glèlè et consorts exigeaient un relèvement de 25%, le gouvernement mettait en contrepartie dans la balance 2%. Une proposition jugée insignifiante par les syndicalistes qui demandent au gouvernement d’aller revoir sa copie. Pour le ministre Emmanuel Tiando, le gouvernement ne saurait faire des miracles, il fait des propositions selon les réalités économiques propres au Bénin. Du côté des syndicalistes, la proposition du gouvernement n’est même pas digne d’être communiquée aux travailleurs. C’est sur cette dissension que les deux parties ont convenu de se retrouver jeudi 24 juillet prochain pour poursuivre les négociations.

Benoît Mètonou