La Nouvelle Tribune

Gestion des tensions politiques sous le changement

Espace membre

Le pdt Zinsou : mouvancier, opposant ou médiateur ?
Reçu une énième fois par le chef de l’Etat au palais de la Marina ce lundi soir, l’ancien président de la République, Emile Derlin Zinsou a déclaré s’être entretenu avec Boni Yayi des foyers de tension qui paralysent en ce moment le fonctionnement de plusieurs institutions de la République.

Du coup l’on se demande à quand des résultats tangibles de ses nombreuses médiations, qu’il exerce sous différentes casquettes,  et à quoi servent les multiples audiences que le chef de l’Etat lui accorde depuis 2007.

Emile Derlin Zinsou est devenu un habitué du palais de la Marina. Le président de la République, Boni Yayi l’y a régulièrement reçu depuis le dernier trimestre de l’année 2007 chaque fois que la tension monte. Lundi dernier encore dans la soirée, il était l’hôte du président Yayi. Face à la presse au sortir donc de l’audience, l’ancien président de la République a dit s’être entretenu avec son hôte des crises et tensions politiques qui ont court  dans le pays. Il a déclaré avoir l’assurance et la conviction que le calme reviendrait  bientôt. Il a  invité les protagonistes des différentes crises, notamment les députés à privilégier l’examen des projets de loi portant ratification des accords de financement. Ainsi, a-t-il souligné, toutes les autres questions, objet de discorde, « pourront être discutées dans le calme ».

Mauvais profil de médiateur

Malgré ses multiples et régulières visites au palais de la présidence, le supposé médiateur Emile Derlin Zinsou a depuis fin 2007 assisté, impuissant, aux nombreuses crises sociales et politiques sous lesquelles ploie encore son hôte. Lundi dernier encore, pour une énième fois sans qu’il n’ait rendu publiques les propositions qu’il lui a faites et les conclusions de ses missions, le président Zinsou a cependant laissé transparaître un appel au calme et au courage qu’il aurait porté à Yayi. Mais que valent finalement les allers-retours du supposé médiateur ou conseiller spécial en matière de crises, s’ils  ne permettent même pas d’observer ne serait-ce qu’une trêve ? Car après  la déclaration du G13 en décembre 2007, il y a eu celle du G4 le 12 mars 2008 et plusieurs  autres déclarations conjointes G13, G4 et Force clé toutes désobligeantes les unes que les autres à l’endroit du pouvoir. Et pourtant le président Zinsou, dont d’ailleurs le parti, l’Undp, prend une part active dans l’animation de ce front anti-Yayi, semble être visiblement impuissant. Si le président Zinsou a réussi à aider au dénouement de plusieurs crises entre le gouvernement et les syndicats, il semble présenter un mauvais profil pour la gestion des crises purement politiques. Et pour cause ! Les difficultés du président Zinsou à intervenir efficacement dans le règlement d’une crise politique pourraient se retrouver selon certains observateurs dans son passé.

Plusieurs casquettes

Ancien président de la République, Emile Derlin Zinsou a été conseiller spécial du général Mathieu Kérékou pendant l’exercice de ses mandats de président de la République entre 1996 et 2006.  A l’époque, le président Zinsou a dû voir et laisser faire beaucoup de choses ainsi qu’il a contribué à la constitution de la carrière politique de la plupart de ceux qui animent aujourd’hui le parlement et qui étaient habitués à un système de gouvernance caractérisé par le partage des privilèges. La remise en cause de ce système qui avait pourtant reçu la caution totale de l’ancien président semble être l’une des raisons des présentes crises politiques. Ce qui fait dire à plusieurs analystes que pour le président Zinsou, plaider pour Yayi dans un contexte pareil reviendrait « à cracher dans la soupe qu’il a contribué à préparer ».  
Au regard de ce qui précède, le président Zinsou se présente aux côtés de Yayi avec une double voire une triple casquette : il est à la fois mouvancier, opposant avec le G13, et neutre  en  tant que médiateur. Finalement, il fait quel jeu ? Le sien, celui de Yayi ou le simulacre ?

Ludovic D. Guédénon