La Nouvelle Tribune

Après son expulsion de l’île de la Réunion

Espace membre

Le Colonel Mohamed Bacar en exile au Bénin depuis samedi
Depuis samedi dernier, le Colonel Mohamed Bacar, ancien président de l’île d’Anjouan de la fédération des Comores est au Bénin via l’île de la Réunion.  Chassé du pouvoir par les troupes de l’Union africaine et celles des Comores, le Colonel Mohamed Bacar qui s’était autoproclamé président de l’île d’Anjouan, avait trouvé refuge à la Réunion, une île des départements d’Outre-mer français. Ayant vu sa demande d’asile rejetée par les Français et accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat et d’assassinats dans son pays, il avait souhaité être exilé au Bénin.

Depuis samedi, c’est chose faite. Il a atterri à Cotonou en compagnie de son frère et deux de ses gardes rapprochés. Selon certaines indiscrétions, cet officier de la gendarmerie, spécialiste de la criminologie souhaiterait mettre sa connaissance au service de l’armée béninoise. Car, pour lui, la politique n’est plus un domaine dans lequel il voudrait s’investir. C’est pourquoi, il voudrait  mettre en application ce qu’il a appris et qu’il maîtrise.  D’autres supputent par contre que bientôt l’ancien putschiste va élire domicile dans une ville septentrionale du Bénin. Loin d’être xénophobe, le peuple béninois souhaite que ce colonel puisse respecter strictement les lois de la République béninoise et qu’il ne fasse surtout pas des adeptes.

Des éclaircissements du gouvernement attendus

La présence de cet hôte particulier sur le territoire béninois, intrigue à maints égards les populations. Les Béninois voudraient savoir les conditions dans lesquelles le colonel Mohamed Bacar va séjourner au Bénin. Sans un mot à l’endroit des populations, le gouvernement accueille quelqu’un dont la réputation n’est pas des plus bonnes. En son temps, on avait su les  conditions dans lesquelles Charles Taylor, ex-président du Libéria devrait trouver asile au Nigeria. C’est la même chose dans le cas du père Jean-Bertrand Aristide, président haïtien quand il devrait être accueillir en Afrique du Sud. Par contre, les autorités béninoises se murent  dans un silence, à la limite, méprisant vis-à-vis des Béninois. Les Béninois attendent avec impatience que les responsables gouvernementaux montent au créneau pour les éclaircir sur la présence du Colonel Mohamed Bacar dans leur pays.

Benoît Mètonou