La Nouvelle Tribune

Dame Alice Albertine Ebounakeneg Houndété, épouse d’Eric Houndété liberée hier

Espace membre

Jetée à la prison civile de Cotonou depuis le vendredi pour défaut d’assurance de son véhicule, Albertine Ebounakeneg , épouse de l’honorable Eric Houndété, a été libérée hier vers 10h par le procureur de la république. Elle a payé une caution de 100.000F contre 10.000F pour son chauffeur.

Alice Albertine Ebounakeneg est sortie enfin des fers. Embastillée le vendredi dernier pour défaut d’assurance sa voiture, elle a été libérée hier par le procureur de la république après que ce dernier est requis contre elle une caution de 100.000F contre 10.000F pour son chauffeur. On se rappelle que le mardi dernier, son véhicule a fait un accident anodin non loin de la place de l’Étoile Rouge alors qu’il transportait leurs enfants à l’école. Conduit au commissariat central, le véhicule a été arraisonné et son propriétaire gardé à vue aux termes de la loi de 1965. La même qui a été battue en brèche lors du procès qui a eu lieu lorsque Pascal Todjinou a été arrêté pour la même cause. Cette situation a même suscité la colère de certains députés qui ont hier à l’Assemblée nationale une déclaration de soutien à leur collègue Eric Houndété qu’ils disent avoir été humilié par la justice.

Déclaration des députés sur la détention de l’épouse de l’honorable HOUNDETE ( lue par Augustin AHOUANVOEBLA)

Monsieur le Président, Chers collègues,
L'épouse de l'honorable Éric HOUNDETE , député à l'Assemblée Nationale, est envoyée en détention préventive à la prison civile de Cotonou par le Procureur de la République, le magistrat Justin GBENAMETO, après avoir été gardée à vue depuis le mercredi 31 octobre 2012, par les éléments du Commissaire HOUNDEGNON , chef de la sécurité urbaine de la ville de Cotonou. Il est reproché à madame HOUNDETE le défaut d'assurance de son véhicule, constaté après un banal incident de circulation sanctionné par de légères égratignures sur le véhicule de la partie adverse. Hélas! L'intéressée avait reçu l'assurance que tous les documents de la voiture étaient en ordre. Voici, après le cas TODJINOU, une nouvelle illustration d'une certaine application de la loi qui privilégie la privation de liberté, même lorsque le risque de non représentation du justiciable est totalement nul. Les signataires de la présente déclaration expriment leur compassion et leur solidarité à l'égard de madame HOUNDETE et Son époux l'honorable HOUNDETE Éric pour l'humiliation dont ils sont victimes sous prétexte d'application stricte d'une loi déjà abrogée par le code Cima, toute chose confirmée par le jugement du cas TODJINOU. L'honorable Éric HOUNDETE est un élu de la Nation, et comme tout citoyen de ce pays, il mérite d'être traité avec égard et considération, et par dessus tout, son épouse... Au terme de la présente déclaration, nous tenons à affirmer notre vive préoccupation et nos inquiétudes face à une politique judiciaire qui fait peu de cas de l'honneur des familles et des personnalités, sans qu'il soit trouvé qu'un traitement particulièrement brutal soit dans l'intérêt de la sécurité et d'une saine application de la loi et de la justice. Pour que le citoyen fasse confiance à l'ensemble de l'appareil judiciaire de son pays, il lui faut une application saine et transparente de la loi. Nous nous inscrivons totalement dans une telle politique. Pour l'heure, nous tenons à renouveler notre compassion et notre solidarité au couple et à la famille HOUNDETE en ces heures d'épreuves inutiles, humiliantes et imméritées.

Ont signé :
1- AHOUANVOEBLA Augustin
2- VIEYRA SOGLO Rosine
3- Kolawolé A. IDJI
4- KEKE AHOLOU Hélène
5- OROU SE GUENE
6- BANI Samani
7- KINDJANHOUNDE Zéphérin
8- VLAVONOU Louis
9- TCHOCODO Gabriel
10- GOLOU Emmanuel
11- FIKARA Sacca
12- AHOSSI Comlan Léon
13- HINNOUHO Atao Mohamed
14- AKOTEGNON Raphaël
15- HONFO Charlemagne
16- ZINSOU Edmond
17- GBENAMETO Jonas
18- YEHOUETOME Boniface
19- MALEHOSSOU Yacoubou
20- HOUANGNI Parfait
21- SANI GLELE Yibatou