La Nouvelle Tribune

Gouvernement et centrales syndicales se séparent sans un terrain d’entente

Espace membre

 

(Les discussions reportées au 02 Novembre 2012) Lancée ce lundi pour une durée de deux jours, la session ordinaire de la Commission nationale permanente de concertations et de négociations collectives gouvernement/Centrales et Confédérations syndicales a pris fin hier à l’Infosec de Cotonou.

Après plusieurs heures de débats houleux sur les différents points inscrits à l’ordre du jour de la session ordinaire de la Commission nationale permanente de concertations et de négociations collectives gouvernement/Centrales et Confédérations syndicale, les deux parties ne sont pas parvenues à trouver un terrain d’entente à l’issue de la rencontre de ce mardi. Le premier ministre Pascal Iréné Koupaki, chef de file de la délégation gouvernementale, était accompagné pour la circonstance des ministres François Abiola de l’enseignement supérieur, Soumanou Djimba du secondaire, Eric N’dah du primaire, Mêmouna Kora Zaki de la fonction publique et Raphaël Edou de la décentralisation, ainsi que le directeur du budget.  Pour ce deuxième exercice, après la séance du lundi dernier, il a été question pour les parties de relancer le débat relatif aux mesures envisageables dans le cadre de la revalorisation de la fonction enseignante. A ce sujet, les responsables syndicaux ont insisté sur la nécessité de revoir le train de vie de l’Etat. Toute chose qui passe, selon le Secrétaire général de la Csa-Bénin, Dieudonné Lokossou, par la suppression des institutions «budgétivores» de la République; la suppression de certains ministères (ministère de la réforme administrative et institutionnelle, de l’Economie maritime, de la microfinance) ou leur mutation en départements d’autres ministères. «A ce sujet, le directeur général du budget a fait une présentation sommaire des charges et recettes de l’Etat sans aller dans les détails chiffrés», a déploré Dieudonné Lokossou au terme de la séance, précisant ainsi que le gouvernement a fait du dilatoire sur toute la ligne sans prendre la peine d’aborder les préoccupations réelles des travailleurs. La prochaine rencontre est prévue pour le vendredi 02 Novembre 2012.