La Nouvelle Tribune

Pour son rôle dans l’allégeance de Saley à Yayi : le député Malehossou parle d’une initiative personnelle

Espace membre

Il l’a fait. Issa Salifou, dit Saley, président de l’Union Pour la Relève (Upr), promoteur de la compagnie de téléphonie mobile Bell Bénin et du groupe de presse Fraternité (télévision Canal 3, le quotidien Fraternité et la radio fraternité Fm à Parakou), député à l’Assemblée Nationale reconnu pour son opposition au régime, est depuis ce samedi 06 octobre membre de la mouvance présidentielle.

Saley est «rentré dedans», et depuis ce samedi, où il a décidé de «soutenir les actions du chef de l’Etat», plus aucun jour ne passe sans qu’on ait du nouveau sur son allégeance. Après la Présidence de la République ce mardi, hier, le député Yacoubou Malehossou, l’instigateur de cette « réconciliation » entre anciens «adversaires politiques » est monté au créneau pour faire des clarifications sur les circonstances du ralliement de Saley à la mouvance présidentielle. Dans l’opinion, l’allégeance de Saley est, en effet, perçue comme le fruit d’éventuelles négociations menées par le chef de l’Etat. Surtout que, cela intervient à un moment où les investissements de l’homme d’affaires-politique seraient impliqués dans une affaire de 8 milliards que le gouvernement semble décider à élucider. « Yayi ne m’a jamais demander de démarcher pour que Saley le soutienne », a déclaré hier l’honorable Maléhossou à nos confrères de Canal 3 Bénin. « J’ai demandé à Dieu de réconcilier Saley et Yayi », a-t-il ajouté. Et cette demande, il avoue l’avoir formulé à Dieu à la Mecque. « J’étais à la Mecque. Et c’est depuis là-bas que je l’ai faite». Cette sortie médiatique de clarification de Yacoubou Malehossou vient 24 heures après la diffusion par la Présidence de la République d’un communiqué abondant dans le même sens. Signé du nouveau Secretaire général de la présidence, Emmanuel Tiando, ce communiqué dément  toute « démarche entreprise par le Président de la République par l’entremise de sa majesté Agoli-Agbo, roi d’Abomey et de l’honorable Malehossou » pour faire rallier Issa Salifou à «la Majorité Présidentielle.»