La Nouvelle Tribune

Commémoration de la fête nationale de la France au Bénin

Espace membre

M. Hervé Besancenot, Ambassadeur de France au Bénin L’Afrique au cœur de la présidence française de l’Ue
En communion avec leurs compatriotes en France, les français résidant au Bénin ont commémoré lundi à l’Ambassade de France à Cotonou la fête nationale de leur pays. A cette occasion, l’Ambassadeur Hervé Besancenot a dans une allocution solennelle,  rappelé les grandes retombées de la dernière visite officielle du président Béninois, Boni Yayi à l’Elysée ainsi qu’il a annoncé les ambitions de la présidence française de l’Union européenne pour l’Afrique. Lire l’intégralité du discours.
Discours de M. Hervé Besancenot, Ambassadeur de France au Bénin à l’occasion de la fête nationale du 14 juillet 2008 Mesdames et Messieurs les Ministres et hauts responsables de la République du Bénin,
Chers collègues du Corps diplomatique,Chers compatriotes,
Chers amis,
Voici déjà un an que ma famille et moi-même découvrions, pour notre plus grande joie, le Bénin, les Béninois… et le 14 juillet à l’Ambassade de France.
Cette année, vous l’avez remarqué, nous avons procédé un peu différemment dans l’organisation de la Fête Nationale.
Nous avons tenté d’innover, dans deux directions :
- tout d’abord en donnant un accent particulier au 60ème anniversaire de la Déclaration Universelles des Droits de l’Homme, adoptée le 10 décembre 1948 à Paris, au Palais de Chaillot où siégeait l’Assemblée Générale des Nations Unies. L’enjeu international que constituent l’universalité et l’indivisibilité des Droits de l’Homme nous a incités à mettre à l’honneur des Défenseurs des droits de l’Homme au Bénin, en invitant les responsables de l’association béninoise ESAM (Enfants Solidaires d’Afrique et du Monde), qui a eu l’honneur de partager avec d’autres associations, le prix 2007 des droits de l’homme de la République Française. Vous allez d’ailleurs apprécier après le discours, à travers une saynète, son action remarquable en faveur des enfants du Bénin. Se trouvent également à mes côtés des responsables de l’association Fraternité des Prisons, bénéficiaire d’un projet du Fonds Social de Développement et d’une volontaire française en faveur de la réinsertion des détenus. Mais les droits de l’homme c’est aussi le droit d’accéder à la culture.
- Ainsi, nous avons souhaiter adresser un clin d’œil aux artistes béninois, en invitant pour la première fois, lors d’un 14 juillet, trois peintres connus : ZINKPE, PRUDENCIO et SISO - à exposer quelques unes de leurs œuvres –tableaux, sculptures et bouteilles– afin de marquer notre volonté de faire de la culture un véritable levier de développement, volonté qui va se concrétiser par la mise en œuvre d’un projet spécifique axé sur la diversité culturelle, thème que la France a porté auprès de l’Unesco. Ce grand chantier intégrera également la promotion des patrimoines linguistiques, à travers la langue française et les langues nationales.
Chers amis,
L’an dernier à la même époque, nous avons déclaré qu’une nouvelle année s’annonçait pleine de promesses pour la relation entre la France et le Bénin, avec en particulier une nouvelle visite de travail en France du Président Boni YAYI, qui s’est déroulée juste après le 14 juillet 2007. Quatre résultats de cette visite sont particulièrement à relever et ont très largement rythmé les activités de l’ambassade :
- l’accord donné par le Président SARKOZY à la reconduction en 2007 de l’aide budgétaire exceptionnelle accordée l’année précédente par la France au Bénin ; elle est devenue effective en ce début d’année.
- 2ème résultat, l’accueil favorable réservé par le Ministre Français des Affaires étrangères et européennes, le Dr B. KOUCHNER, à la demande béninoise d’une aide exceptionnelle à la construction de salles de classe, afin de favoriser la mise en œuvre de la mesure de gratuité de l’enseignement maternel et primaire décidée en octobre 2006 par le Président Boni YAYI. La construction de 12 écoles pilotes, une dans chacun des 12 départements du Bénin, et la construction de 27 salles de classes supplémentaires dans 9 autres écoles, a en conséquence été décidée. Deux écoles pilotes ont d’ores et déjà été inaugurées, à Segbe dans le sud, et à Tibona dans le nord, la seconde par le Secrétaire d’Etat français à la Coopération et à la Francophonie, M. Alain JOYANDET, lors de sa visite de travail au Bénin au mois de mai dernier. Les 10 autres écoles et les 27 classes seront construites au cours des mois à venir et pourront être inaugurées, espérons-le, par le Dr B. KOUCHNER, à l’occasion d’une prochaine visite. Cette aide exceptionnelle s’ajoute naturellement à l’assistance traditionnellement apportée par notre pays au secteur éducatif, dans le cadre notamment du projet « Education pour tous » et qui devrait se prolonger par des initiatives en faveur de la formation professionnelle.
- 3ème résultat de la visite en France du Président Boni YAYI, la signature au Bénin le 28 novembre 2007 par M. Brice HORTEFEUX, Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, d’un accord de gestion concertée des flux migratoires et du co-développement, mettant en œuvre une « immigration choisie et concertée », ainsi qu’un important volet de développement solidaire. Le Bénin bénéficiera ainsi dès cette année et jusqu’en 2010 d’une importante assistance de près de 3,5 milliards de FCFA par an au titre du développement solidaire, en particulier en matière de santé par la réalisation de plusieurs projets impliquant des médecins béninois de France. Une mission vient d’ailleurs d’être effectuée au Bénin pour accélérer la mise en œuvre de cet accord.
Sur le volet agricole, et en réponse à une demande urgente du Président Boni YAYI, nous venons par ailleurs de mettre en place une aide exceptionnelle de 200 millions de CFA pour des achats locaux de produits alimentaires de 1ère nécessité. En outre, 470 millions de FCFA du programme de développement solidaire devraient venir s’ajouter, dans les mois à venir, pour relancer les productions agricoles du Bénin, en accompagnant notamment le développement de vallées, l’installation de jeunes agriculteurs et la promotion de semences améliorées.
Aussi, la mise en place à Cotonou d’un dispositif spécifique de coopération de proximité, à travers plusieurs instruments financiers, nous permettra-t-elle d’exprimer encore plus notre solidarité avec les communautés de base.
- 4ème résultat enfin de la visite du Président Boni YAYI, la venue au mois d’avril dernier d’une importante mission du MEDEF International, qui devrait permettre de relancer encore l’investissement français, déjà très présent à travers notamment des groupes tels que SDV, avec la fourniture de grues au port de Cotonou, COLAS avec l’extension du tarmac de l’aéroport, ou encore ACCOR avec la réhabilitation du NOVOTEL et la construction de l’IBIS. Cette liste n’est pas exhaustive. Que ce soit en tout état de cause pour moi l’occasion de rappeler que notre pays a enregistré en 2007 une année commerciale faste au Bénin, grâce à nos exportations qui se sont accrues de 33 % par rapport à l’année précédente, dépassant les 150 milliards de CFA. Cette tendance se poursuit, puisque les statistiques du commerce extérieur français sur les 5 premiers mois 2008 par rapport à ceux de la même période en 2007 indiquent un accroissement de 40 % pour le Bénin (10 % pour l’ensemble de l’Afrique).
Ce bilan très satisfaisant des résultats de la visite de travail du Président Boni YAYI à Paris ne constitue naturellement qu’une partie des activités de coopération de la France au Bénin, dans toutes ses dimensions (politique, économique, éducative, en portant notamment l’effort sur l’appui à l’enseignement supérieur, scientifique, culturelle, sociale, militaire, policière, en privilégiant le renforcement de la sécurité intérieure, consulaire enfin). Il m’est impossible de les citer toutes ici, mais je tiens à les saluer, remerciant chaleureusement celles et ceux qui les portent avec tant d’ardeur et de dévouement.

Chers amis,
Comme vous le savez, la France assure à partir du 1er juillet et jusqu’au 31 décembre 2008, la Présidence de l’Union Européenne. La présidence française s’attachera au cours du semestre en cours, à mettre tout particulièrement en œuvre les orientations définies dans le partenariat stratégique UE-Afrique adopté lors du Sommet de Lisbonne de décembre 2007, et à assurer le suivi de son plan d’action. Elle développera notamment des initiatives dans les domaines de la paix et de la sécurité, des migrations, de l’accès à l’énergie et de l’adaptation au changement climatique.
Elle s’attachera en outre à faire progresser le dialogue autour des accords de partenariat économique (APE) pour y inclure des mesures d’accompagnement, en particulier en faveur de l’agriculture et de la promotion  d’une nouvelle dynamique d’intégration régionale en Afrique.
Il convient à cet égard de saluer le rôle que le Bénin vient d’exercer dans l’organisation réussie à Cotonou le mois dernier du récent Sommet de la CEN-SAD, suivie de la participation active du Président Boni YAYI au Sommet de l’UA à Charm-el-Cheikh, dans l’objectif précisément de renforcer l’intégration régionale en Afrique.
Comme en écho au rôle joué par le Bénin dans la promotion d’une nouvelle dynamique d’intégration régionale en Afrique, il me plait de souligner le succès que vient de reporter notre pays dans l’organisation hier du premier sommet de l’Union pour la méditerranée. Ce sommet, qui a réunit 43 dirigeants, s’est conclu par l’adoption d’une importante déclaration finale et le lancement de six projets autour de la dépollution de la méditerranée, les autoroutes de la mer, la protection civile, l’énergie solaire, la création d’une université euro-méditerranéenne et le développement des entreprises. A cela s’ajoute l’annonce de l’établissement de relations diplomatiques entre la Syrie et le Liban, pour la première fois dans l’histoire, et qui constitue sans doute la réalisation majeure de ce premier sommet de l’Union pour la méditerranée.

Chers amis,
Comme d’autres pays du continent et du monde, le Bénin a en revanche aujourd’hui à affronter le difficile défi des effets conjugués de la crise alimentaire et de la crise pétrolière. Ils nécessitent l’adoption de mesures courageuses pour adapter les structures économiques du pays à ces nouvelles réalités, tout en maintenant une situation financière équilibrée et un climat politique et social apaisé. Dans cette perspective, et alors que les élections municipales viennent de se terminer, le gouvernement béninois aura en conséquence besoin du concours de tous pour renforcer la relance de l’économie et réaliser les objectifs du millénaire de réduction de la pauvreté.
Dans la mise en œuvre de cette orientation ambitieuse, soyez assurés, Mesdames et Messieurs les Ministres et hauts responsables de la République du Bénin, que la France qui a, me semble-t-il, donné un certain nombre de gages que j’ai énumérés de son soutien à ce pays, continuera à se tenir résolument aux côtés du gouvernement et du peuple béninois amis, en particulier dans les temps difficiles que nous traversons.
J’ai la conviction que l’année qui vient fournira de nouvelles occasions de bâtir et consolider ensemble notre avenir commun.

Vive le Bénin, vive la France.
Joyeuse fête à tous.