La Nouvelle Tribune

A propos des éloges en hommage à Georges Timanty : l’organisation de base du Pcb à Natitingou s’inscrit en faux

Espace membre

Dans un communiqué en date du 23 août dernier, les membres de l’Organisation de base de Natitingou du Parti communiste du Bénin (Odb/Pcb) jugent contraires à l’histoire nationale du Bénin, tous les éloges qui sont en train d’être faits depuis quelques jours à l’égard du feu Georges Timanty.

 S’appuyant sur des rappels de certaines époques de l’histoire du Bénin notamment celle des luttes pour la liberté politique et le pain, l’Odb/Pcb soutient que le disparu ne saurait être pris comme un héros national et mérité les hommages qui lui sont faits. Lire ci-dessous le communiqué.

PARTI COMMUNISTE DU BENIN (PCB)
ORGANISATION DE BASE (ODB) DE NATITINGOU
Cel : 90 97 06 33

A propos des journées commémoratives d’hommage a Georges Timanty

Depuis quelques jours un tintamarre de communications est déclenché à la télévision, à la radio et sur papiers volants divers au sujet de la commémoration de la mémoire de Georges TIMANTY. Que les parents, proches, amis et alliés rendent hommage à un disparu, cela ne pose en soit aucun problème. Mais vouloir en fait un héros national, voilà qui interpelle tout vrai combattant pour les libertés. Et dans un papier signé de MAHADA Nestor, adjoint au maire de la commune de Natitingou, il affirme le ‘’passé glorieux du défunt dans les luttes pour l’émancipation des peuples’’. Tout comme un Alassane TIGRI de l’UNESCO qui, devant les caméras de télévisions, ne tarissait pas d’éloges à l’endroit de l’ancien président du FACEEN, Georges TIMANTY. Allant même à des amalgames conscients sur les époques de scission au FACEEN pour finir par des comparaisons outrageantes entre le traitre TIMANTY Georges et le héros national Pascal FANTODJI.

Or le ‘’passé glorieux’’ de TIMANTY est par rapport à quoi ? Quelles ont été ses luttes et par rapport à quelles revendications ?

Quelles étaient ses sacrifices dans l’intérêt des peuples du Dahomey/Bénin ?

Rien ! Et pendant sa présidence au FACEEN que de louvoiements au sein de l’organisation.

Au moment de la scission du FACEEN, de quelle aile était-il ? Celui des traitres, qui sont allés rendre armes et paquetages au PRPB. C’étaient les partisans du ‘’soutien tactique …’’.

L’autre aile, celui des dignes patriotes de l’époque, à rejoint les communistes pour porter par la lutte les revendications du peuple. TIGRI Alassane autant que KOUSSEY Noel étaient d’ailleurs de ce deuxième groupe avant de trahir tous deux, le premier au début des années 90 et le second 20 ans après. Nous nous souvenons encore des combats héroïques de TIGRI et KOUSSEY contre le régime policier de Kérékou-PRPB ! Mais que vous est-il donc arrivé ? Peut-être que le proche avenir nous le dira !!!

En tout cas nous savons maintenant que TIMANTY lui, avait déjà en 1975 fait l’option de la traitrise et depuis lors, tourné résolument le dos aux revendications du peuple, ce jusqu’à la mort. Ainsi : en 1975, il était absent des luttes du peuple pour la restauration des libertés politiques mis dans les fers par Kérékou qui venait de dissoudre l’UGEED (Union Générale des Elèves et Etudiants du Dahomey) et la JUD (Jeunesse Unie Anti-Impéraliste du Dahomey). En 1987, 1988 et 1989 il était absent des luttes pour les libertés et le pain, alors que tout le peuple saignait le martyre. En 1992 il était absent des héroïques luttes contre les différentes taxes iniques qui écrasaient les larges couches populaires au Bénin. Partout dans son Atacora natal ce fut à l’époque, feu sur les manifestants pacifiques et états de siège dans les villes et villages ; mais fidèle à sa traitrise, TIMANTY n’a levé le petit doigt. En 2007-2008 dans les luttes des populations de Natitingou et environs pour libérer la santé du carcan d’étouffement des KONASSANDE-DIALLO, TIMANTY était resté à l’écart. Et même sentant sa mort prochaine TIMANTY n’a pu saisir la dernière chance que lui offrait le destin dans les luttes de toute la jeunesse et du peuple de Natitingou pour un 1er Août 2011 en beauté. Pendant que de partout dans le pays et même en dehors, des soutiens aux combats du CDN fusaient, TIMANTY est resté muet.

Quelques jours après ces derniers faits de traitre, la mort le fauchera dans l’isolement le plus total sans que jamais en près de quatre décennies, il n’ait pu saisir la moindre chance de l’histoire de faire son autocritique vis-à-vis du peuple, de faire amende honorable. Les disparitions d’un KOUANDETE ou d’un SAMBO seraient encore plus regrettées pour l’attachement de ces personnages au moins à Natitingou. De l’avis du Natayais ordinaire.

TIMANTY Georges n’aura laissé qu’un nom en lettres sombres dans l’indélébile annale de l’histoire des peuples du Bénin.

Et pour l’heure, les peuples de Natitingou et du Bénin ne doivent pas se laisser distraire par les apologistes de l’apatridie, de la traitrise et de la honte. Nous devons aujourd’hui plus que jamais nous mobiliser et poursuivre le combat autour des revendications synthétisées dans la plate-forme programmatique de la Convention Patriotique des Forces de Gauche (dont copie est annexée à la présente).

Et ce sera la seule œuvre utile du moment!

Natitingou, le 23 août 2012
L’ODB/PCB de Natitingou