La Nouvelle Tribune

Le Pcb a désormais un siège national

Espace membre

(Un nouveau front créé contre le régime de la refondation) En prélude à la tenue de son 6ème congrès ordinaire, le parti communiste du Bénin (Pcb) a procédé ce samedi à l’inauguration de son nouveau siège sis à Cotonou.

Le samedi 18 août 2012 dernier, s’est tenue à Cotonou la cérémonie officielle d’inauguration du tout nouveau siège du parti communiste du Bénin (Pcb). Lequel est situé au quartier Gbèdégbé (route de Fidjrossè) face à l’école primaire publique Missité, à quelques encablures de l’Eglise catholique. L’immeuble a été acquis sur fonds propres du parti et abrite les bureaux de ses responsables ainsi que d’autres pièces qui serviront de salle de conférence pour les différentes manifestations. La cérémonie s’est déroulée sous la direction du 1er secrétaire du parti, Philippe Noudjènoumè en présence des membres du bureau exécutif ainsi que des militants et sympathisants venus très nombreux pour soutenir l’événement.
Avant de se prononcer, Philippe Noudjènoumè a fait observer une minute de silence en l’honneur de son prédécesseur, Pascal Fantodji, dont le nom figure à juste titre sur l’enseigne du siège national, un local qu’il avait loué pour le compte du parti et où il est resté à cogiter pendant quinze années sur l’avenir du peuple béninois et sa libération des affres de la dictature du Prpb. Selon l’orateur l’acquisition de ce siège national en plein cœur de Cotonou n’est rien d’autre que la résultante et la reconnaissance des sacrifices consentis par cet homme qui a marqué et continue de marquer l’histoire du parti communiste du Bénin. Le premier secrétaire Philippe Noudjènoumè a lancé un appel à contribution à l’endroit de tous les militants et sympathisants dotés d’un esprit patriotique afin que s’érige au cours des prochaines années sur cet espace, un bâtiment plus grand et plus attrayant.
Créé en 1977, le Pcb, a beaucoup œuvré- dans la clandestinité- à l’avènement de la démocratie, avant de faire son apparition au grand jour à l’ère du renouveau démocratique. Son premier dirigeant, Pascal Fantodji, a beaucoup lutté avec ses militants et sympathisants pour la reconnaissance des droits des travailleurs jusqu’à sa mort en 2010, où il céda le fauteuil à Philippe Noudjènoumè.

Un nouveau front contre Boni Yayi

Les responsables du Parti communiste du Bénin (Pcb) ont saisi cette occasion pour annoncer la naissance d’un nouveau Front- le quatrième du genre- contre le régime de la refondation. Hormis son rôle d’avant-gardiste des acquis démocratiques, ‘’la convention patriotique des forces de gauche’’ créée le 14 août 2012, entend instaurer une nouvelle forme de gouvernance au Bénin à savoir le contrôle populaire de la gestion des biens publics avec l’élection et la révocabilité des directeurs généraux et techniques des administrations et entreprises publiques par les travailleurs, la publication de tous les accords à caractère économique et politique avec les pays étrangers, l’audit des entreprises et administrations publiques, l’insertion des langues nationales dans les programmes d’enseignement et la réhabilitation des dignitaires traditionnels dans l’ordre juridique interne .
Le 6ème congrès ordinaire du Pcb est prévu pour les 23, 24 et 25 août prochains au palais des congrès de Cotonou.