La Nouvelle Tribune

Marasme socio-économique et politique au Bénin : «Trop c’est trop, ça suffit» exige de nouvelles assises nationales

Espace membre

Face aux nombreuses dérives du pouvoir et les crises multisectorielles qui sévissent dans le pays, un nouveau mouvement de jeunes, « Trop c’est trop, ça suffit»,  a  vu le jour. 

Lors de sa première sortie qui a eu lieu le samedi dernier au Chant d’oiseau de Cotonou, le mouvement a exigé de nouvelles assises nationales.

Le Bénin serait à terre. Çà et là, des crises. «Coton ? A terre- Emploi ? A terre- Ecole ? A terre- Foot ? A terre- Pvi ? A terre- Démocratie ? A terre- Tout est à terre». C’est pour dénoncer cette situation délétère due à la «mauvaise gouvernance chronique et les décisions hasardeuses au sommet de l’Etat depuis bientôt 7 ans»  et exprimer leur indignation que le mouvement de jeunes indignés «Trop c’est trop, ça suffit» est né. Selon le président du mouvement, Dieudonné Tampegou, le Bénin est géré depuis 2006 par un groupe de financiers et d’économistes incapables de concevoir et d’exécuter une politique claire et rigoureusement planifiée pour conduire le pays vers le développement. Corruption, illusionnisme, mensonge, impunité, confiscation et violation des libertés sont les maux qui minent la gestion de notre Etat. Pour Dieudonné Tampegou, il est incompréhensible que le «messie annoncé en 2006 soit devenu le bourreau de son peuple».  Après cette toile sombre peinte du Bénin, le mouvement a également jeté un regard  sur les dossiers d’actualité. Dans la motion lue par Cosme Binazon, Secrétaire général de «Trop c’est trop, ça suffit», les jeunes «dépassés par la situation délétère» demandent la prise immédiate de mesures idoines par le gouvernement en vue de trouver solutions aux divers maux dont souffre le Bénin. Cela passe, à en croire ces jeunesses, entre autres par la réduction du train de vie de l’Etat en diminuant le nombre de ministères et en supprimant les institutions budgétivores telles que le Haut commissariat au pèlerinage, à la solidarité etc. Ils demandent également la publication sans délai de la liste électorale permanente informatisée (Lépi). Les jeunes de «Trop c’est trop, ça suffit» exigent du gouvernement «la convocation courant le premier trimestre 2013 au plus tard des assises nationales souveraines». Les jeunes regroupés au sein du mouvement «Trop c’est trop, ça suffit», promettent des actions plus musclées si leurs revendications ne sont pas prises en compte par le pouvoir.

Les soutiens de toutes parts

Le mouvement «Trop c’est trop, ça suffit» a reçu plusieurs soutiens et encouragements venant de divers regroupement. Les syndicalistes Pascal Todjinou, Paul Hounguèvou, l’Honorable Wallis Zoumarou, Andoche Amegnissè et plusieurs autres acteurs de la vie sociopolitique du Bénin ont dit leurs soutiens et leurs encouragements au mouvement espérant voir de cette «jeunesse» des actions patriotiques.