La Nouvelle Tribune

Communales 2013: des maires veulent créer leurs mouvements politiques

Espace membre

A moins d’un an des prochaines élections communales, les maires actuels réfléchissent à la stratégie à mettre en œuvre pour rempiler. 

Dans les départements de l’Ouémé et du Plateau, des maires envisagent de voler de leurs propres ailes. Selon des sources concordantes, les maires d’Ifangni, Adjarra, Saketé entendent bientôt créer un mouvement politique.

A chacun ses défis lors des prochaines élections. Alors que d’autres leaders politiques cherchent à  prendre le contrôle de certaines mairies, d’autres déjà élus maires expérimentent les scénarii possibles pour conserver leurs maroquins. Dans l’Ouémé et le Plateau, les conjonctures politiques amènent certains maires à envisager une nouvelle carrière politique. N’étant plus en odeur de sainteté avec les formations qui les ont permis de devenir maire ou flairant que ces partis n’ont plus leur hégémonie d’antan pour les aider à briguer ces postes, ces maires envisagent de créer un mouvement  politique qui pourra leur permettre d’aller éventuellement aux élections.

Ifangni, la nouvelle donne

C’est le cas du maire d’Ifangni Raymond Fafoumi. Elu en 2008 sous la bannière des Fcbe, il a aussi bénéficié du soutien du Madep pour se faire élire maire. Mais aujourd’hui, il est peu plausible qu’il  bénéficie du soutien de ce parti bien encré dans la coalition Union fait la nation(Un) qui est de l’opposition alors que le maire Fafoumi se sent plus proche de la majorité présidentielle et a la confiance du ministre de l’enseignement supérieur François Abiola.  Depuis les dernières élections législatives, le député de la commune, membre du Madep, n’est plus en odeur de sainteté avec le maire. Tout ceci amène ce dernier à ne plus compter sur ce parti dont le soutien a été pourtant déterminant pour son élection en 2008 et surtout à cause de la misère que lui font vivre les conseillers du Madep. Seulement, l’influence des Fcbe dans cette commune, face à la concurrence des autres partis, ne lui garantit plus une victoire propre pour les prochaines élections communales. C’est pour cela qu’il envisage créer un mouvement politique pour aller aux élections. Selon des sources concordantes, ce mouvement pourra naître dans le mois de Septembre éventuellement.

Conspiration anti-Prd à Adjarra

Dans la commune d’Adjarra, les informations ne sont pas bonnes pour le Prd, le parti qui a toujours contrôlé cette mairie risque de la perdre. Le maire Saka Yaya qui fut lui-même un conseiller du Prd a curieusement été élu maire, après le décès du maire Gogan, contre le candidat désigné de son parti grâce au soutien des conseillers Fcbe. Depuis, il a entretenu un clair-sombre politique dans la commune pendant la période des dernières élections communales, il travaille activement pour créer bientôt un mouvement politique qui a obtenu récemment le ralliement de six conseillers Prd. Cette situation n’augure pas d’une réussite pour le Prd dans cette commune si les barrons du parti ne travaillent pas pour renverser la tendance. Le député Edmond Zinsou qui a perdu un peu de son superbe depuis la mort du maire Gogan doit donc batailler dur au cas où le maire Saka va créer son mouvement politique.

Sakété, le schéma de Arinloyé

Le maire Raliou Arinloyé envisage aussi créer un mouvement politique propre à lui. Contrairement à ces autres collègues, le maire Arinloyé a toujours gagné les élections sans le soutien du Madep, le parti le plus influent dans le plateau. On se rappelle que lors de sa réélection en 2008, il avait du créer un mouvement politique en unissant des éléments du Prd et des Fcbe contre ceux du Madep. Cette formule lui a marché. Cette fois ci, il entend prendre son destin  politique en main son propre mouvement lui a été un cas spécifique. Mais seul bémol à ce niveau, sa candidature n’est pas encore très évidente vu qu’il finirait son deuxième mandat cette année.