La Nouvelle Tribune

Implication fréquente de l’armée dans la vie civile : le coup de gueule de Pascal Todjinou

Espace membre

« Il y a quelque chose qui est plus grave. C’est l’invitation de l’armée dans les activités économiques. On invite l’armée dans les activités civiles et personne ne dit rien ». 

Cette déclaration a été faite par le syndicaliste Pascal Todjinou lors du lancement d’un séminaire des syndiqués de la Confédération générale des travailleurs du Bénin(Cgtb). Depuis quelques jours en effet, on observe une intervention de plus en plus fréquente de l’armée dans les activités économiques ordinaires. On la voit aller réquisitionner des intrants sur le terminal à conteneurs d’Allada, arraisonner un navire en haute mer  puis tout récemment encore ce sont des forces de l’ordre qui ont été sollicitées pour l’ensachage et le transport des intrants vers les zones de production. De plus en plus, la grande muette sort des casernes et fait immixtion dans la vie civile. Or, pourtant depuis la conférence nationale des forces vives de la nation, il a été demandé à l’armée de retourner au camp et de s’occuper uniquement de la sécurité des béninois et de la protection du territoire national. Mission qu’elle remplit vaille que vaille malgré quelques petites imperfections. Mais depuis la dernière élection présidentielle, le gouvernement  lui-même  fait tout pour impliquer l’armée dans la vie civile. C’est ce qui a commencé avec la notion des auditeurs militaires dans toutes les sociétés d’Etat. Les soldats ont aussi investi l’espace public. On les voit un peu partout dans la ville. Certains sont réquisitionnés pour suivre les gros porteurs dans le transport, le suivi et la sécurisation des marchandises en transit vers les pays de l’hinterland. L’interpellation de Pascal Todjinou vient à point nommé pour attirer notre attention sur cette dérive qui passait inaperçue ou que beaucoup voyaient sans avoir eu le courage de dénoncer.