La Nouvelle Tribune

Correction de la Lépi : une session extraordinaire s’impose

Espace membre

 

La correction de la liste électorale permanente informatisée (Lépi) constitue aujourd’hui un sujet préoccupant. En effet, au cours de la première session ordinaire de l’année 2012 à l’Assemblée nationale, les députés ont entamé des réflexions par rapport à la correction de la Lépi dans la perspective des prochaines échéances électorales. Cette initiative émane du groupe politique de l’Union fait la nation présidée par Antoine Kolawolé Idji qui a jeté les premières bases au parlement. Mais il se fait que depuis ce temps, le groupe de travail mis en place et constitué de tous les représentants de groupes parlementaires et des commissions, peine à atteindre ses objectifs. Rien n’avance pour autant malgré les efforts consentis par les uns et les autres. La situation semble bloquée pour des causes inavouées mais pour certains ce serait pour des intérêts personnels et égoïstes. Le président de l’Union fait la nation Antoine Kolawolé Idji avait adressé à cet effet une correspondance au président Mathurin Nago pour protester contre le choix biaisé  de la majorité présidentielle quant à  la désignation de  deux membres de la commission des lois au sein du groupe de travail parlementaire sur la Lépi. Dans cette correspondance en date du 26 juin 2012, le président Idji a dénoncé la manière dont le membre de l’opposition a été désigné par la mouvance puisqu’il clarifie que la décision du président Nago créant le groupe de travail n’a nullement exigé la parité « mouvance-opposition » pour les deux membres provenant de la commission des lois et qu’en conséquence, la procédure suivie et le résultat obtenu ne souffrent d’aucune insuffisance. « J’attire respectueusement votre haute attention sur ce comportement susceptible d’hypothéquer gravement le travail du groupe et même l’ensemble des objectifs visés dans la nécessaire révision consensuelle de la Lépi » se désole le président Idji Kolawolé dans sa correspondance. Autrement dit, le malaise au sein de ce groupe de travail se confirme. Et pour éviter un éventuel blocage des travaux de la correction de la Lépi, il urge que le président Nago convoque une session extraordinaire dans les jours à venir pour poursuivre les travaux au lieu d’attendre une autre session ordinaire en évitant ainsi un quelconque retard.