La Nouvelle Tribune

L’honorable Samou Adambi à propos du blocage à l’hémicycle

Espace membre

«On a péché contre le peuple béninois»
Reçu hier comme invité dans l’émission zone franche de ce dimanche 06 juillet 2008 sur la chaîne télé Canal 3/Bénin, le député Samou Adambi a avoué que la 5ème mandature des députés au palais des gouverneurs à Porto-novo est passée à côté de la mission qui revenait à l’Assemblée nationale. Le vote des lois et le contrôle de l’action du gouvernement. En effet, au cours de l’émission, l’élu du peuple Samou Adanbi est intervenu sur la situation politique à l’hémicycle.

Il a reconnu qu’en lieu et place du vote des lois, de l’étude des nombreux dossiers déposés sur leurs tables depuis leur installation, des actions qui vont améliorer les conditions de vies des béninois, les députés se sont accrochés à des problèmes strictement externes à l’Assemblée nationale laissant de côté les rôles qui sont les leurs. Des problèmes qui ne font que bloquer le bon fonctionnement de leur cadre de travail . «On a rien fait pratiquement… » Déclare t-il. Afin que les six premiers mois ne passent sans actions concrètes au palais des gouverneurs, l’honorable invite ses collègues à penser aux situations sociales entre autres du peuple pour qui ils sont les portes parole. Et ce, en acceptant de reprendre les travaux dès aujourd’hui.
Outre la crise parlementaire, le député Samou Adambi s’est aussi prononcé sur la crise économique qui secoue le Bénin à l’instar de tous les pays du monde. A son avis, l’augmentation des prix de certains  produits dont le ciment est  normale. Pour lui, la hausse du prix du ciment par exemple la semaine dernière est la bienvenue. Il estime que les mesures visant la revue à la baisse des prix des denrées concernées par la crise sont sources de la chute de l’économie du Béninoise. L’Etat béninois doit «libérer les prix», respecter les prix fixés de façon générale dans le monde. Car explique t-il lorsqu’un produit coûte moins chère dans un pays, il est plus transporté vers d’autres pays. Ce qui est subventionné au Bénin ne sert donc pas le Bénin. Et c’est à ce niveau que le gouvernement doit jouer son plus important rôle pour contrôler les prix des produits locaux.

Blaise Ahouansè