La Nouvelle Tribune

Le virus-Fcbe attaque les Soglo

Espace membre

Le gouvernement a refusé de procéder à l’installation des conseils communaux où il a perdu. Ce qui fait qu’aujourd’hui, les populations de 24 communes n’ont pas encore renouvelé les membres de leurs mairies respectives. La Renaissance du Bénin (Rb) de Nicéphore Soglo fait partie des formations politiques qui dénoncent ces manœuvres du chef de l’Etat et de ses partisans. Malheureusement, les Soglo font eux-mêmes ce qu’ils reprochent aux autres dans l’installation des conseils locaux. Cette attitude pose un problème d’immoralité politique, dans la mesure où ils sont mal placés pour donner des leçons de démocratie au président Boni Yayi en agissant ainsi. C’est dire que le jeu politique au Bénin est basé des intérêts personnels. On crie pour quand on est mauvaise posture et on tombe dans la bassesse politique quand ses intérêts sont en jeu. Pour aller plus loin, il faut noter que les alliances au Bénin sont circonstancielles. Sinon comment comprendre que les Soglo refusent d’installer des chefs quartiers favorables au Prd qui mène pratiquement la même lutte qu’eux-mêmes. Dans le même temps, les cauris se rallient au Prd pour battre la Rb. Des coalitions contre nature, dirait-on.
A analyser de près, le rôle des chefs quartiers dans l’organisation des élections peut justifier la bataille observée sur le terrain actuellement. C’est dire qu’après les municipales et communales dernières, les formations politiques posent déjà les bases de 2011. Mais ce n’est pas une raison pour bloquer l’installation des conseils communaux ou locaux. C’est
le jeu démocratique qui l’exige. Les uns et les autres doivent savoir que : « être grand, c’est aussi savoir perdre ».