La Nouvelle Tribune

Energie électrique au Bénin

Espace membre

Le délestage de retour en force
Depuis quelques jours le Bénin est de nouveau plongé dans le noir. Alors qu’il y a seulement deux semaines, pendant la période du déroulement du 10ème sommet de la Communauté des Etats Sahélo-sahariens, ils avaient goûté au bonheur d’avoir à plein temps l’énergie électrique dans leurs maisons et entreprises, les Béninois sont à nouveau confrontés à un délestage chronique. Et pourtant, il existe dans ce pays un gouvernement qui clame à tout vent sa volonté de faire émerger le Bénin.

Avoir l’énergie électrique dans sa maison ou dans son entreprise au Bénin aujourd’hui est un luxe, un privilège, un miracle du gouvernement et de la Sbee. Malgré les multiples assurances que le ministre des mines, de l’énergie et de l’eau, Sacca Lafia a données aux Béninois, ceux-ci font l’amer constat qu’il n’en est rien. Il est monté au créneau à maintes reprises et a apaisé les populations. D’après ses propos, on assistera plus à d’interruption prolongée du courant électrique, mais à de courtes coupures dues à quelques pannes techniques ou de fusibles grillés. Que constate-t-on aujourd’hui ? Tout simplement que le ministre et le gouvernement se paient la tête des Béninois à qui, ils racontent des balivernes. Si non comment comprendre que tout le Bénin soit plongé à nouveau dans l’obscurité ? Qu’il s’agisse de  Calavi, Porto-Novo, Cotonou, Bohicon, Abomey, Parakou, toutes ces villes sont dans le noir. Les entreprises, les sociétés tournent au ralenti. Des dommages sont causés aux populations. On distille le courant dans les quartiers et villes comme les gouttes d’une perfusion. L’état de grâce qui a prévalu pendant la période de la tenue des assises de la Cen-sad est apparemment terminé. Là où l’addition se corse, est qu’aucun responsable de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee), ni le ministre ou un de ses collaborateurs n’est monté au créneau pour apporter un éclaircissement sur la situation. Et pourtant, chaque jour qui passe, les factures d’électricité augmentent pendant que les populations jouissent à peine du courant électrique.  Le gouvernement à travers la Sbee empoche tous les jours l’argent des Béninois, mais se trouve incapable de fournir le service retour. Comment veut-on alors faire émerger le Bénin si l’énergie électrique qui est  indispensable à la production n’existe pas ? Le président Boni Yayi a promis l’émergence aux béninois, et il faut qu’il tienne parole. Seulement, on se demande si  toutes les entreprises sont sous-alimentées quel résultat pourra-t-il obtenir ? Il est temps pour qu’il reconnaisse que les thérapies qu’il applique jusque-là au secteur de l’énergie sont inefficaces et que cela nécessite des mesures plus idoines. Dans cette tragédie que vivent les Béninois, certains ont pu se procurer des groupes électrogènes pour parer à la situation. Et comble de malheur, ils ne trouvent pas le gasoil à acheter dans les stations-service malgré l’augmentation du prix. Dans ces conditions où va le Bénin ? Dans les ténèbres ou vers la lumière ?

Benoît Mètonou