La Nouvelle Tribune

Suppression des garages de réparation des véhicules d’occasion en transit

Espace membre

Tension à Ifangnin
(Le Dg James Sagbo dépêche  des émissaires pour calmer les populations)
Suite à la décision du chef de la brigade de la douane d’Igolo de supprimer sans conditions les garages et ateliers de réparation de véhicules d’occasion en transit vers le Nigéria, la tension est montée d’un cran hier dans la commune d’Ifangnin. Les collectifs des artisans regroupant les soudeurs, les mécaniciens, les peintres auto, les ajusteurs, les vulcanisateurs, les électriciens, les conducteurs de véhicules, les vendeurs d’essence, les responsables d’institutions de micro  crédit et autres ne l’entendent pas de cette oreille.

Ils étaient des milliers à envahir hier les locaux du centre des jeunes et loisirs d’Ifangnin pour protester contre cette décision arbitraire et mal pensée du chef de brigade de la douane d’Igolo. A travers une déclaration liminaire de ces différentes associations, ils protestent contre cette décision de suppression inconditionnelle. Selon leur porte-parole, ces artisans vivent des revenues que génère la  main d’oeuvre chaque fois qu’ils réparent des véhicules. Ils dénoncent aussi les persécutions dont ils sont objet de la part de la douane d’Igolo. Le président des conducteurs Armand Yèdji et son homologue des collectifs des artisans Antoine Tossou n’ont ménagé aucun effort pour dénoncer le Cb qui serait en complicité avec certains individus pour créer d’autres parcs pour les réparations. Ils dénoncent ces actes ignobles qui privent les populations de leurs droits, leur liberté et leur gagne pain quotidien. Pour finir, ils s’insurgent contre cet état de chose et disent non à l’intimidation. Il faut préciser que, alerté de la situation, le Dg douane James Sagbo a dépêché des émissaires pour rencontrer les populations et les responsables des associations afin d’apaiser la tension qui risquait d’embraser toute la commune d’Ifangnin. Aux dernières nouvelles, la marche de protestation projetée par les populations a été  avortée mais elles ont été rassurées par le chef de la délégation douanière l’Inspecteur général des services Egounléty Nounagnon que les solutions hardies seront trouvées pour parer définitivement à cette situation.

Ismail Kèko