La Nouvelle Tribune

Abandon des grands chantiers à Parakou : le maire Alagbé lavé de tous soupçons

Espace membre

C’est une rencontre qui avait toujours été souhaitée par les populations de la ville de Parakou, elle portait en effet tous les espoirs des fils et filles de la cité des Kobourou.

Mais elle a finalement laissé plus d’un sur sa soif. Il est vrai que les grandes questions et dossiers liés au développement de la 3è ville à statut particulier ont été une fois de plus fouettés et passés en revue devant le président de la république initiateur de la plupart des projets en question. Les conclusions issues de cette audience n’ont rien fait que de raviver les mécontentements dans le rang des administrés du maire. Ils s’attendaient à de nouveaux engagements de la part du Chef de l’Etat qu’ils accusent d’ailleurs d’avoir abandonné la ville qui lui a tout donné. Sur les chaines de radios locales, les auditeurs se sont offusqués de ce qu’ils ont appelé une manipulation du maire Soulé Alagbé. Celui-ci serait victime de sa trop grande fidélité et de son obéissance au Président de la République. En fait pour mieux cerner ce qui se passe aujourd’hui il faut remonter au lendemain des élections de 2011. Parakou avait tout donné, le maire en tête pour la réalisation de l’historique K.O. Logiquement après ces échéances tout le monde s’attendait à des retombées surtout sur le développement de la commune. Mais rien n’y fit et mieux le président de la république avait en son temps invité le conseil municipal à ne compter que sur ses efforts personnels. Pendant ce temps des groupes ciblés et organisés orchestraient des attaques médiatiques dirigées contre la personne du maire. Un vilain jeu qui se renforce au fur et à mesure que nous approchons les élections municipales de 2013. Aussi, les populations ne manquent aucune occasion pour fustiger l’absence du Chef de l’Etat à Parakou. Au sujet des dossiers du Port Sec et de l’aéroport international qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salive, seul le Port sec a semble marcher ceci encore grâce au travail remarquable abattu par le maire dans le suivi des travaux. Cela a été donc une surprise générale lorsqu’au sortir de cette audience, le maire a été accusé de mauvaise gestion de la bagatelle de 50millions débloquée pour dédommager les propriétaires terriens. En effet, cette somme mise à disposition par le promoteur du Port sec a été entièrement utilisée pour rembourser une cinquantaine de propriétaires expropriés avec à la clé les procès verbaux et états de payement disponible au niveau de l’administration communale. D’ailleurs les conseillers n’ayant pas répondu à l’appel du Chef de l’Etat se donnent et se félicitent de leur choix puisqu’affirment-ils, c’est une rencontre de trop qui ne changera rien. Pour le conseiller Aboubakar Coffè, le maire est utilisé injustement comme bouc-émissaire. « Le président de la république sait très bien ce dont Parakou a besoin et ce n’est pas de cette façon qu’il gagnera le coeur des Parakois » a-t-il conclut. Bien d’autres citoyens de la cité des Kobourou sont allés dans le même sens et ont désapprouvé la réaction du premier magistrat. On pourrait cependant reprocher au maire Soulé Algacé son manque d’autorité, de rigueur et le déficit de communication autour des actions de développement. Ce sont des maux qui aujourd’hui influent négativement sur le rendement que devrait produire les services de la mairie. Cette rencontre au palais de la Marina semble creuser davantage le fossé entre Boni Yayi et la population de Parakou qui soutient avoir été remerciée en monnaie de singe. Et le plus aberrant certains conseillers en ont déjà fait une récupération politique oubliant que le bilan à la fin du mandat sera collégial même si c’est le maire qui est le plus vu dans cette histoire?