La Nouvelle Tribune

Blocage de l’Assemblée nationale

Espace membre

Le président Mathurin Nago Des milliards de perte pour le Bénin
L’Assemblée nationale est bloquée depuis plusieurs semaines par les députés. Pour une première fois dans son histoire, aucun dossier n’est étudié au cours d’une session ordinaire. Cette situation n’est pas sans effet néfaste sur le fonctionnement de la République. A la clé, plusieurs milliards risquent d’échapper au Bénin si la crise perdure au palais des gouverneurs à Porto-Novo.

Pour preuve, dans le cadre du Millenium challenge account (Mca-Bénin), il y a des projets dont la ratification par le parlement est la condition préalable de leur financement Le cas de la loi sur foncier y figure en bonne place. Si les députés ne font rien pour résoudre la crise actuelle, le pays pourrait perdre ces avantages, surtout que les bailleurs de fonds donnent des délais pour débloquer leur argent. En dehors de cela, il y a des accords de prêts et de ratifications rapportant d’importantes ressources financières à la nation qui souffrent et peuvent échapper au gouvernement.
A l’allure où vont les choses à l’Assemblée nationale, le Bénin est voie de perdre beaucoup de ressources importantes pour son développement. Malheureusement, l’opinion publique nationale ne se rend pas compte du danger du blocage des activités de la représentation nationale. Dès lors, il urge que le gouvernement prenne ses responsabilités pour débloquer cette situation née d’une crise politique entre ses partisans et ses adversaires. Il faut noter que ces derniers réclament l’installation des 24 autres conseils communaux bloquée par les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), la restauration de l’image du Parlement béninois, le respect des libertés politiques et syndicales, l’indépendance et le bon fonctionnement des institutions de la République. Apparemment, le chef de l’Etat ne se préoccupe pas trop de la crise. Ceci fait que l’on continue d’observer le statu quo sur le terrain.

Jules Yaovi MAOUSSI