La Nouvelle Tribune

Le rapport d’activités de Nago voté

Espace membre

Lors de la plénière de ce jeudi 10 mai à l’Assemblée nationale, le rapport d’activités de Nago est passé comme une lettre à la poste.

Les députés à la majorité de 64 ont adopté favorablement, hier, le rapport d’activités du président de l’Assemblée nationale de la période du 21 octobre 2011 au 31 mars 2012, hormis 11 députés qui ont voté abstention à savoir les députés Candide Azannai et Zéphérin Kindjanhoundé et leurs homologues du groupe parlementaire Union fait la Nation. Contrairement à ce qu’on pourrait s’y attendre, les débats n’ont pas été pour autant houleux sauf les députés Epiphane Quenum, Nicaise Fagnon et Zéphérin Kindjanhoundé qui ont égratigné quelque peu dans leur intervention le président Mathurin Coffi Nago. Dans son rapport d’activités présenté hier à l’hémicycle, le président Nago a axé son intervention autour des activités menées au plan interne et celles menées au plan extérieur. Pour ce qui est du plan interne, il y a des activités parlementaires et les activités d’administration et de gestion du parlement. Parlant des activités parlementaires, le président Nago dira que sur 71 dossiers au total  examinés par les commissions permanentes, 40 ont été traités soit un taux de 56,36%. Sur ces 40 dossiers traités, 32 ont fait l’objet d’examen en plénière et reste 8 dossiers non encore examinés. Aussi 17 séances plénières ont été tenues au cours de la période de référence et 32 lois votées dont 3 lois ordinaires, 1 mise en conformité, 28 textes de lois d’autorisation de ratification, 6 questions orales avec débat ont fait l’objet de débat sur les 13 adressées au gouvernement, 1 mission de contrôle d’action du gouvernement, 3 sur 5 questions d’actualité examinées, 1 commission d’enquête parlementaire mise sur pied et aucune question écrite posée. Les activités organisées directement par le parlement et celles des structures sous tutelle de l’Assemblée nationale n’ont pas été occultées. Dans le cadre des activités d’administration et de gestion du parlement, Nago a évoqué  entre autres la gestion des ressources humaines, le renforcement des capacités des députés et du personnel administratif, la gestion des carrières et des avantages accordés au personnel, la couverture sanitaire des députés et du personnel sans compter la gestion des ressources financières. Pour les activités au plan extérieur, le président Nago a parlé de la coopération interinstitutionnelle et ses audiences ainsi que des missions à l’extérieur du pays où il a pris part à 3 rencontres internationales, sans compter les missions des autres députés.

Des députés s’offusquent de la gestion des missions

«Il faut faire en sorte  que tous les députés bénéficient de ses missions de façon équitable. Au cours de la 5è législature, moi j’ai été une seule fois à Bamako alors que d’autres ont voyagé plusieurs fois» s’est indigné l’honorable Yacoubou Malèhossou. «Puisque nous sommes en politique, monsieur le président il faut veiller à ce que les missions soient équitables» a ajouté le député Nazaire Sado. «75 missions à l’étranger pour 32 députés seulement. Depuis la 6è législature, nous remarquons que vous êtes devenu subitement sélectif dans bien de domaines, c’est dommage ! Aussi bien du point de vue d’accord d’audience, aussi bien du point de vue de missions à l’étranger. Vous avez essayé de nous convaincre mais moi je ne suis pas convaincu» a déploré le député Fcbe Zéphérin Kindjanhoundé. Quant au député Epiphane Quenum, il est revenu sur les dispositions de l’article 21 à propos de la présentation du rapport d’activités du président de l’Assemblée nationale au début de chaque session ordinaire. A en croire ses propos, il lui paraît qu’il y a des interprétations malicieuses. «Ce n’est pas à la fin ou au milieu qu’on lit le rapport d’activités…» a déclaré Epiphane Quenum. Selon lui, quand on évoque les questions de fonctionnement, de respect de la démocratie au niveau du parlement, il pense qu’il y a dans la salle ceux qui veulent le respect des procédures législatures, par contre il dit qu’il y a d’autres qui sont venus simplement pour jouer au béni oui oui. Après avoir félicité Nago pour la clarté du rapport, l’honorable Nicaise Fagnon a été un peu plus amer. Car selon ses propos, le rapport souffre d’une insuffisance notoire. Il justifie par rapport au contrôle de l’action gouvernementale. Selon lui, le rapport n’a pas statué sur les vraies prérogatives du parlement. Par rapport aux nombreuses autorisations de ratification examinées, le parlement ne fait rien pour mettre en œuvre ses dossiers, parlant des conditions suspensives de décaissement et autres. «Parce qu’on est membre d’une équipe, on ne veut rien faire alors que nous faisons mal au président de la République et aux populations» a-t-il déclaré.  Il demande enfin de revisiter toutes les lois pour s’assurer que la mise en vigueur est de mise.

Le mutisme inquiétant des députés de l’opposition

Que cache le mutisme des députés de l’opposition toutes tendances confondues ? En effet, tout au long des débats suscités après la présentation du rapport d’activités du président Mathurin Nago hier à l’hémicycle, les députés de l’opposition, sinon pour la majorité, sont restés muets.
Comme pour exprimer leur refus de participer aux débats sur le rapport d’activités. Au moment où la parole est donnée aux députés de chaque groupe parlementaire, c’est seulement l’honorable Edmond Zinsou qui a parlé au nom du groupe parlementaire «Prd-UN», mais de manière désintéressée. Une situation qui interpelle les députés de l’opposition, qui apparemment montre leur limite après la crise qui secoue cette grande coalition de l’opposition.