La Nouvelle Tribune

La «Cité Siège de l’Humanisme» bientôt une réalité

Espace membre

La salle des fêtes du ministère des affaires étrangères a servi hier jeudi de cadre à la cérémonie de signature de la convention d’établissement de la « Cité Siège de l’Humanisme.»

Plusieurs années après son lancement, le projet de construction de la Cité Siège de l’Humanisme, Igbala Aiyé sera bientôt une réalité.  Et pour cause, la convention d’établissement de ladite cité a été signée ce jeudi à la salle des fêtes du ministère des affaires étrangères. C’est le ministre de la communication, Max Ahouékè, représentant son homologue des Affaires Etrangères et sa Majesté Olofin II Olofindji Akande, vizir d’Africa-cultures international Institute, Ong initiatrice du projet qui ont paraphé et échangé les documents. Pour le Vizir, par ailleurs, président du Conseil mondial des organisations panafricaines, la construction de cette cité permettra d’éradiquer tous les clivages entre les peuples et célébrer les victimes de l’esclavage aussi bien transatlantique qu’entre Noirs. « La signature de ce accord est une opportunité pour l’Afrique de se développer dans un bref délai», a-t-il affirmé. Pour le ministre Max Ahouèkè, cette cérémonie est pleine de sens en ce qui concerne le «devoir de mémoire vis-à-vis de nos ancêtres». Il a ajouté que  c’est un projet de développement économique et social prometteur du Bénin, qui honore toute l’Afrique. D’un coût global de 300 milliards de Fcfa, la cité «Igbalè Aiyé ou Cité de la Renaissance africaine» sera construite à Akpotokou sur un site situé entre le Bénin et le Nigeria. Elle se compose d’un ensemble d’infrastructures. Ce sont notamment les ambassades culturelles et religieuses de tous les Etats du monde dans le but de promouvoir la tolérance religieuse. Elle sera composée d’un mémorial de retour des déportés de l’esclavage, d’un centre d’académie des sciences. Selon les initiateurs du projet, il est prévu pour chaque pays, un lopin de terre pour la construction de son centre commercial. Il aura également des hôtels culturels, la bande des organisations internationales, un centre universel de retrouvaille et un aéroport.