La Nouvelle Tribune

Houngbédji attaque, Sèhouéto défend et éclaire

Espace membre

Hier, le nouveau  coordonnateur de l’Union fait la Nation a éclairé la lanterne des Béninois sur la tension qui secoue cette coalition d’opposition. Cet entretien, qui s’est déroulé sur le plateau de la chaîne de télévision  canal3 fait suite à l’intervention de maitre Adrien Houngbédji sur la même chaîne, il y a une semaine.

«Pardon», c’est le mot clé qui résume l’entretien accordé au coordonnateur général de l’Un,  l’honorable Lazare Sèhouéto.  En effet, le leader des «tchoco-tchoco», lors d’une sortie médiatique, il y a une semaine,  a fait un certain nombre de déclarations  sur les différends qui a suscité une réaction de ses alliés politiques de l’Un. Lors de son entretien de clarification, l’Honorable Sehouéto s’est prononcé sur plusieurs sujets. Au nombre de ces sujets, la position  actuelle de l’Un sur l’échiquier politique national,  l’épineuse question de la fusion des partis regroupés dans l’Un,  les supposées dépenses du Prd  lors de la dernière élection  présidentielle et la révision de la constitution. Le représentant de l’Un, s’est gardé de commenter quelque propos qu’il soit. Mais il a démenti en bloc, toutes les déclarations du président du Prd qui affirmait  que seuls son parti et ses militants s’étaient sacrifiés pour le bon déroulement de sa campagne en 2011.  «Pardon à tous les opérateurs économiques pour leurs appuis financiers ainsi qu’à tous les militants des autres partis de l’Un».  C’est en ces termes que l’Honorable Sèhouéto a répondu au président du Parti du Renouveau Démocratique. Car il déclare ne pas se retrouver pas dans les déclarations de maître Adrien Houngbédji. Quant à la question de la  fusion, le coordonnateur de l’Un explique que le peuple n’a pas la vraie information à ce sujet. A en croire ce dernier, trois options se posent à l’Un. La première est  la fusion à terme dont l‘échéance était pour Janvier 2012, la seconde est la fusion dans un futur plus proche et la troisième est celle d’un cadre de dialogue et de concertation. L’option finale faite par l’Un, aux dires du Coordonnateur de cette coalition est celle de la fusion au terme de 2014 avec une période de transition. Pour lui, si les présidents du Prd et de la Madep n’ont pas eu les documents avant la ténue de la convention,  le 28 Avril dernier, ils ne peuvent que s’en prendre à leurs délégués respectifs qui n’ont pas bien joué leur rôle et d’ailleurs, «le Prd n’a jamais été écarté dans le processus de transition enclenché par l’Un, au contraire ce sont eux même qui se sont retiré de la convention avant la plénière, ce qui est incorrect. Mieux, c’est le secrétaire général du Prd qui a présidé le comité préparatoire de notre convention». A renchéri Sèhouéto réfutant les rumeurs  selon lesquelles, le Prd est écarté par ses alliés.     En résumé, l’Un, par la voie de son Coordonateur général, confirme sa position de coalition d’opposition, poursuit le processus de la fusion à terme, se veut un nouveau cadre politique d’espoir et de promesse et ne regrette  rien du choix du candidat unique porté sur maître Adrien Houngbédji en 2011, malgré les déclarations de ce dernier. Pour finir, l’honorable Lazare Sèhouéto a déclaré qu’en réalité, que les différends qui opposent le Prd à l’Un, n’est qu’un non lieu.