La Nouvelle Tribune

Le ministre Bako invite les civils aux processus de paix et de sécurité

Espace membre

Le ministère des affaires étrangères et de l’intégration Africaine, organise du 23 au 26 Avril 2012, un atelier national sur la promotion de la participation des civils aux processus de paix et de sécurité. La cérémonie de lancement des travaux s’est tenue dans l’après midi d’hier au siège dudit ministère à Cotonou. Outre les fonctions généralement dévolues aux forces armées et de sécurité publique, les processus de paix et de sécurité font également appel à une gamme variée de compétences civiles, pour mener des actions spécifiques.

 Prenant la bonne mesure de cette réalité, le ministère des Affaires Etrangères à travers l’Institut des relations internationales et des études stratégiques (Iries), organise en partenariat avec le centre ‘’Pearson pour le maintien de la paix’’, un atelier destiné à promouvoir l’implication des civils dans les processus de paix et de sécurité. Cet atelier fait suite au séminaire national sur la participation du Bénin aux opérations de paix, organisé à Sè en mai 2011. Lequel séminaire a abouti à des recommandations sur une réflexion au niveau national, concernant la composante civile. Le présent atelier de deux jours, permettra donc aux participants, d’échanger et de réfléchir sur les meilleures pratiques et les expériences acquises en matière de participation des civils aux processus de paix et de sécurité, avant, au cours et après les conflits, ou en cas de situation menaçant la sécurité humaine . Les ministres Nassirou Arifari Bako des affaires étrangères, Safiatou Bassabi chargée des relations avec les institutions et Maïmouna Kora Zaki de la fonction publique, présents à cette cérémonie d’ouverture, se sont engagés à s’impliquer personnellement pour la réussite de cette initiative. Pour le ministre Bako, la sécurité humaine est sans cesse fragilisée par la complexité des situations de conflits, la forte vulnérabilité de l’espèce humaine aux catastrophes naturelles et aux fléaux de toutes sortes. A cet égard, les processus de paix et de sécurité visent à prévenir les crises, à les gérer au mieux des intérêts des parties en présence et à consolider la paix. Il s’agira donc pour les organisations de la société civile de mener des actions telles que la surveillance des élections, la protection humanitaire, la restauration de l’autorité civile, les droits de l’homme, la réforme des systèmes de sécurité, le renforcement de la gouvernance politique et de l’Etat de droit, la fourniture des besoins élémentaires, l’appui à la relance économique et l’amélioration du bien être social. A travers ces différents domaines, les civils pourront travailler à la mise en œuvre des efforts de la communauté internationale, pour un retour à la stabilité. Robert Zantan, directeur de l’Iries a pour sa part émis le vœu que les réflexions qui vont suivre débouchent sur des conclusions concrètes, capables de promouvoir les compétences civiles, au profit de la sécurité internationale.