La Nouvelle Tribune

Visite perturbée de la délégation libyenne et affaire de riz

Espace membre

Qui manipulent les étudiants ?
Les perturbations enregistrées   lors d’une récente visite de la délégation libyenne et  une certaine affaire de riz   suscitent toujours   de vives polémiques sur le campus d’Abomey-Calavi. Des autorités  au plus haut niveau sont accusées  par des responsables étudiants  de « diverses manœuvres » dans ces deux dossiers, contre d’autres  avis qui soutiennent plutôt   le contraire.

La récente visite du Guide  libyen Mouamar Al Kdhafi au Bénin, dans le cadre du 10ème sommet de la Cen-Sad   a fait réveiller de vieux démons au  Campus d’Abomey-calavi. Le premier acte qui demeure déplorable est   le triste soulèvement   organisé par   des étudiants, aux fins  de  perturber une  cérémonie de pose de première pierre du cyber numérique, un important et précieux cadeau que  le Guide lybien  veut offrir à l’Uac.  La délégation libyenne  annoncée pour prendre part à ladite cérémonie a été    bloquée dans son évolution  vers le campus par des étudiants en colère, à la surprise générale des autorités rectorales.  Et, il  a fallu de rudes négociations menées en personne par le ministre  de l’enseignement supérieur  pour décanter la situation ce jour-là.  Les responsabilités seront dégagées par la suite, à travers une série  de rencontres entre étudiants et autorités de l’Uac. C’est ainsi, qu’entre autres séances, une réunion s’est tenue le lundi 23 juin dernier entre les responsables de la Fédération nationale des étudiants du Bénin (Fneb) et ceux   du Centre national des œuvres universitaires (Cenou). Le but principal de  cette  rencontre était surtout de ramener la balle à terre et de calmer  les esprits de part et d’autre. Mais les débats, ce jour –là, ont tôt pris une autre  allure, puisque qu’un   dossier peu attendu et non inscrit à l’ordre du jour  surgit. Un peu  comme pour  faire croire qu’il était le vrai motif du mécontentement  des étudiants. Il s’agit, en effet,  d’une  affaire de denrées alimentaires   offertes par la même Libye  aux étudiants, dont une forte quantité de riz.
 Dans le rang des autorités du Cenou, l’étonnement fut  grand devant une telle accusation, car,   précisent-elles,  un huissier a été commis , en la personne de Georges-Marie d’Almeida, et a  pu constater la présence effective du stock complet des sacs de riz et   de maïs offerts dans les magasins  du Cenou. La distribution n’ayant pas encore commencé. Qui a donc pu filer  la fausse information  de mauvaise gestion  de ces produits alimentaires aux étudiants et à une certaine presse qui en a déjà fait l’écho ?  C’est la question qui se pose en ce moment sur le campus. Une question qui amène d’autres observateurs à soupçonner une certaine manipulation des étudiants  dans  ce dossier  pour jeter  de l’opprobre sur les autorités de l’Uac, en occurrence celles du Cenou.  Les nouvelles réformes prises par  le  Dg Johnson Macaire   dans la gestion  des produits livrés au Cenou, bien que saluées par un grand monde, ne seraient pas bien vues par d’autres acteurs locaux  qui voient ainsi, leur « pratique mafieuse » à rudes épreuves. De plus,   l’instauration  d’un cahier  de suivi des pièces  de rechange  des bus et  de tous  les autres véhicules administratifs du Cenou, serait  la seconde   récente  mesure  qui ne fait pas que d’heureux.  Ceci expliquant cela, certaines personnes trouveraient  ainsi des « raisons personnelles »  pour perturber le fonctionnement normal de l’Uac.

Christian Tchanou