La Nouvelle Tribune

Révision de la Constitution : la position de la Rb fâche Yayi

Espace membre

L’acte 1 du débat relatif à la révision de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990 n’a pas encore livré tous ses secrets. La nouveauté de la question, c’est que la position affichée par la Rb quant au projet suscite, apprend-on, une agitation inhabituelle qui aurait fait courir, avant-hier, les responsables du parti la Renaissance du Bénin.

Selon des sources bien renseignées, la position affichée par la Renaissance du Bénin par voie de communiqué largement diffusé dans la presse, mardi dernier, n’a pas produit les effets escomptés auprès du président de la République. Au contraire.

Les journaux ayant publié la position du parti ont titré dans leur grande majorité que ce dernier est contre toute «révision opportuniste de la Constitution». Cette expression utilisée a fâché le président Boni Yayi, rapporte nos sources. Il reprocherait à la Rb, désormais un allié politique, d’adopter la même position tranchée que la société civile et l’opposition. Furieux, le chef de l’Etat demande aux renaissants de corriger le tir en brandissant comme menace à leur encontre de limoger le seul membre Rb du gouvernement. Le ministre de l’environnement, Blaise Ahanhanzo-Glèlè serait visé. La Rb étant déjà mal en point avec l’Union fait la Nation, son départ éventuel de l’exécutif, voire de la majorité présidentielle fausserait ses calculs. Les responsables du parti se sont activés pour «revoir» le langage usité dans leur communiqué. C’est ce qui explique le passage avant-hier de Boniface Yêhouétomey, porte-parole chargé de la communication et de la promotion du parti sur le plateau de la télévision nationale, histoire d’arrondir les angles de leur communication ratée″. Et soutenir que la Renaissance du Bénin est plutôt pour une «révision consensuelle» de la Constitution. Cette intervention a d’ailleurs été relayée dans la presse hier.