La Nouvelle Tribune

Révision de la constitution : la commission des lois rejette le projet

Espace membre

Le décret N° 2009-548 du 03 Novembre 2009 portant révision de la constitution de la république du Bénin a été rejeté hier par la commission des lois. Les députés membres de cette commission, majoritairement de la majorité présidentielle, ont décidé de reporter ultérieurement son étude. Selon des sources proches de cette commission, les arguments ne manquaient pas pour rejeter ce texte. Pour la tendance majorité, une telle révision ne respecte pas l’esprit du consensus national tel que prévu à la conférence nationale et exigé par la Cour constitutionnelle.

 Ils ont donc demandé qu’une vulgarisation du document soit faite avant de passer à une étude de la loi. Pour les autres, la démarche initiale est sujette à suspicion compte tenu de l’opacité qui entoure le processus dès le début. Ce rejet qui confirme le malaise au sein de la majorité présidentielle est une petite victoire pour le Front de veille, le groupe politique « Sursaut patriotique », les Organisations de  la société civile qui ont dénoncé ces derniers jours, une démarche suspecte du gouvernement sur cette révision qui a tout l’air d’être opportuniste.

Le Prd avait vu juste

C’est le premier parti à avoir organisé une journée de réflexion sur le sujet. Samedi dernier au Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo, les membres du bureau politique du parti élargi à quelques élus municipaux ont suivi, toute ouïe, les communications des professeurs Moïse Lalayè, Victor Topanou et Joseph Djogbénou. Selon le président Houngbédji qui participait aussi aux travaux, il s’agit pour les cadres du parti de s’approprier le contenu de cette loi avant toute prise de décision. Alors que bon nombre de personnes s’attendent à une prise de position du parti sur la question, il s’est contenté de mieux connaître le document afin de mieux l’apprécier. Le président Houngbédji a demandé aux responsables du parti mais aussi aux communicateurs en restant disponible au cas où l’Assemblée nationale va entamer son étude. Cette démarche, assez singulière dans le microcosme politique, montre bien l’attachement du Prd à une révision consensuelle et méthodique de la constitution. Le rejet observé hier en commission au parlement est la preuve que le Prd a vu juste.