La Nouvelle Tribune

Toilettage des textes de la Ccib : les grandes innovations des réformes entreprises

Espace membre

(Vers une nouvelle ère à l’institution consulaire)
La Commission spéciale transitoire (Cst) qui dirige la Chambre de commerce et d’industrie depuis décembre 2011 vient de marquer un grand coup. Elle a pu organiser le jeudi 22 mars dernier, l’atelier de toilettage des textes fondamentaux de l’institution. Cela constitue une avancée significative, qui entre en ligne de compte pour la modernisation de la chambre consulaire.

De nouveaux textes régiront bientôt la vie de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib). Et cela est l’œuvre de la Commission spéciale transitoire, dirigée par Pierre d’Alcantara Zocli, qui tient les rênes de l’institution consulaire depuis le 15 décembre dernier et dont le mandat de trois mois venu à terme le 15 mars dernier, à été renouvelé pour un autre trimestre. Son séjour prend officiellement fin le 15 juin prochain, date à laquelle une nouvelle assemblée consulaire devrait être installée. La mission principale de la Cst, rappelons le, est la restructuration de la chambre consulaire, en vue de la rendre moderne et au service du développement du Bénin. Ce qui devrait se faire à travers la relecture des textes fondamentaux de l’institution. C’est dans ce cadre que la Commission a organisé le jeudi 22 mars 2012 au siège même de la Ccib, l’atelier de toilettage des textes fondamentaux de l’institution. Ce sont notamment les statut et règlement intérieur, la charte des groupements et associations affiliés à la Ccib. Plusieurs innovations sont prévues par les nouveaux textes. Elles partent de la mise en valeur des groupements et associations affiliés aux nouveaux attributs du président en passant par les critères d’éligibilité et la commission électorale.

Les nouveautés en quelques mots

Il y a d’abord la mise en valeur des groupements et associations affiliés. Les groupements et associations deviennent les principaux maîtres du jeu de la vie consulaire. Sur 93 membres de l’assemblée consulaire, 50 places leur sont réservées, ce qui n’était pas le cas sous les mandatures précédentes. Ainsi la nouvelle charte des groupements et associations affiliés à la Ccib, met en exergue des entreprises visibles à jour vis-à-vis du fisc et de l’institution consulaire.
On a ensuite la commission électorale nationale de la Ccib qui est reformée. L’effectif des membres passe de 17 à 9. Cela pour tenir compte de la pratique en vigueur dans l’organisation des élections, tout en réduisant les charges de  l’institution consulaire.
De plus, les critères d’éligibilité ont été revus. On note, en effe t, d’importantes innovations dans les candidatures au bureau exécutif national et aux bureaux départementaux. Elles sont désormais subordonnées à des critères de performance économique des entreprises détenues par les candidats. Il s’agit des données d’appropriation et d’évaluation des entreprises les plus viables à savoir : les chiffres d’affaires réalisés, pendant cinq ans, les impôts payés à l’Etat et les emplois créés pour la communauté. En conditionnant l’accès aux prestigieuses fonctions consulaires, la Commission spéciale transitoire éloigne de l’institution consulaire, le secteur informel, gangrène de l’économie nationale. Avec ces critères, désormais, la Ccib sera dirigée par des opérateurs économiques ayant pignon sur rue et capables de porter le gouvernement dans sa politique de relèvement économique.  Il y a enfin les nouveaux attributs du Président de la Chambre.   Pour son entrée en fonction, il est affublé de ses attributs de pouvoir. Il est revêtu d’une écharpe, reçoit une cloche pour obtenir le silence au sein de l’assemblée consulaire, reçoit un maillet pour démarrer et terminer ses réunions, le drapeau pour se souvenir qu’il dirige un établissement public et l’emblème de la Ccib, pour marquer l’originalité de cet établissement public, dont la gestion est confiée par l’Etat aux opérateurs économiques. Lors de son installation, il prête serment devant le président de la République ou son représentant.