La Nouvelle Tribune

Nago sur le site du terminal à conteneurs d’Allada

Espace membre

Dans le cadre des réformes entreprises par le gouvernement pour la dynamisation et la compétitivité du Port autonome de Cotonou (PAC), figure l’installation d’un terminal à conteneurs dans la commune d’Allada. Malgré les nombreux investissements et les efforts fournis sur ce site du terminal à conteneurs, de nombreuses difficultés subsistent. C’est l’une des raisons pour lesquelles le président de l’Assemblée nationale Mathurin Coffi Nago, les autres membres du bureau du parlement et le député Lucien Houngnibo de la localité, ont fait une descente sur le terrain le mardi dernier afin de constater de visu l’opérationnalisation de ce site et recueillir les différentes préoccupations des responsables en charge de la gestion de ce terminal à conteneurs, dont l’exploitation est confiée à l’Agence de transit et de logistique (ATRAL) dirigée par Eric Nagnonhou. 

Une brève présentation a été faite par ce dernier qui se dit honoré de cette visite de la délégation parlementaire qui porte un intérêt particulier aux activités portuaires. Créé depuis le 21 novembre 2011, ce site reçoit jusqu’à 4684 conteneurs toutes boîtes confondues. Il est érigé actuellement sur un site de 50 ha octroyé par la mairie d’Allada. Ce terminal à conteneurs est installé pour décongestionner le PAC et la ville de Cotonou pour garantir la compétitivité du port. Toutefois le président Nago et les autres membres du bureau ont reconnu que tout n’est pas encore totalement huilé. Selon ses propos, l’Assemblée nationale entend les accompagner à travers sa mission. Pour certains députés, la compétence du personnel de la douane en poste n’y est pas encore, ils se sont interrogés sur le niveau actuel du trafic ferroviaire à propos du transport des conteneurs. Selon les explications du directeur d’exploitation, cette lenteur est imputée à l’OCBN qui devrait transporter 400 conteneurs par jour au lieu de 100 actuellement transportés. Comme difficultés sur le site, le directeur d’exploitation cite les problèmes des voies d’accès, l’éclairage, le renforcement du sol, le bitumage de la route débouchant sur la route inter Etat sur 2,9 km, le stationnement des camions aux alentours du terminal à conteneurs quand bien même leurs propriétaires auraient rempli toutes les formalités toutes les formalités. Plusieurs questions ont été posées au responsable en charge du site qui a essayé d’apporter quelques éléments de réponses. Il faut dire qu’une visite guidée a permis à la délégation parlementaire de prendre connaissance des bureaux du bloc administratif de ce site. Outre le terminal à conteneurs, Mathurin Nago et sa suite ont rendu visite à un tradi-praticien du nom de, Ayou Gbèdandé qui traite différentes sortes de fractures. A ce niveau, le président Nago a promis au vieux tradi-praticien de le soutenir en intercédant auprès de l’Exécutif pour un appui. De nombreuses doléances ont été formulées à la délégation parlementaire. Précisons qu’avant l’étape d’Allada, le président Nago et les membres du bureau du parlement étaient dans la commune de Zè. Ils ont été reçus par le maire Joseph Dangbénon et le député de la localité Valentin Houdé. Une séance de travail a été effectuée à la salle de conférence de la mairie de Zè en présence des conseillers communaux, des élus locaux et les populations. La délégation parlementaire les a longuement entretenus, comme dans les autres communes déjà parcourues, sur les différentes lois qui seront examinées dès la prochaine session extraordinaire. Il s’agit de la loi sur la révision de la Constitution, la loi sur le droit de grève, la loi sur la corruption déjà votée par l’Assemblée nationale, la proposition de loi sur le découpage territorial, la proposition de loi sur le code foncier et la proposition de loi sur les unités administratives.