La Nouvelle Tribune

Descente à Sô-Ava et Abomey-Calavi : les populations réclament l’arbitrage du parlement

Espace membre

Après le département du Littoral, les députés membres du bureau de l’Assemblée nationale ont poursuivi hier leur tournée dans le département de l’Atlantique. Le président Nago et ses collègues étaient dans les communes de Sô-Ava et Abomey-Calavi. La première étape fût la descente dans la commune de Sô-Ava. A la suite d’une séance de travail avec le maire Joseph Onitchango, les membres du bureau du parlement ont rencontré les conseillers et élus locaux ainsi qu’une frange de la population qui a fait massivement le déplacement pour être à l’écoute de leurs représentants à l’Assemblée nationale. 

Outre les membres du bureau du parlement, on pouvait également noter la présence de l’honorable Valentin Houdé. Les représentants du peuple ont entretenu les participants sur certains dossiers d’actualité qui seront débattus lors de la prochaine session extraordinaire à l’Assemblée nationale. Il s’agit notamment du projet de loi portant révision de la  Constitution en République du Bénin, le projet de loi modifiant et complètant la loi N°97-028 du 15 janvier 1999 portant organisation de l’administration territoriale de la République du Bénin, la proposition de loi portant unités administratives, la loi sur la corruption, la proposition de loi portant exercice du droit de grève en République du Bénin et enfin la proposition de loi portant code foncier et domanial en République du Bénin. Réagissant à propos de la loi sur le droit de grève, les populations ont exprimé leur désolation puisque depuis plusieurs semaines, les enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire suivent un mouvement de grèves perlées. Selon eux, le bureau de l’Assemblée nationale a initié cette tournée au moment où le pays traverse cette crise. De plus, les populations se sont interrogées pour savoir si les députés ont essayé de rencontrer les syndicalistes et les enseignants durant cette crise. Pour finir, un intervenant a demandé purement et simplement l’arbitrage de l’institution parlementaire afin de sauver l’année scolaire et éviter une année blanche aux enfants. La même préoccupation a intéressé le maire d’Abomey-Calavi Patrice Houssou-Guèdè qui a martelé que l’institution parlementaire a un grand rôle à jouer dans cette crise. Il a ajouté que, pas plus tard que le lundi dernier, il a reçu une délégation du gouvernement qui était venu s’entretenir avec les populations  à propos des mouvements de débrayage dans le secteur de l’enseignement. « Il faut voter maintenant des lois contre cette anarchie » a souhaité le maire Patrice Houssou-Guèdè.