La Nouvelle Tribune

Yayi était-il sincère avec les associations de consommateurs?

Espace membre

Le lundi 27 février, le Chef de l’Etat a rencontré dans la grande salle de la présidence les associations de consommateurs. Au cours de cette rencontre qui a duré plusieurs heures, le Chef de l’Etat les a invitées à plus d’engagements et d’activisme pour aider le gouvernement à mieux cerner les problèmes du consommateur béninois. Mais si l’intention clairement affichée par le Chef de l’Etat est de montrer sa volonté à lutter contre la cherté de la vie, il y a bien une autre intention dans sa démarche. Et pour cause.

Comme à son habitude, le Chef de l’Etat a rencontré les associations de consommateurs à la Marina le lundi dernier. Au cours de cette rencontre qui a aussi connu la présence des Directeurs généraux des sociétés d’Etat comme l’Opt, la Sbee, la Soneb, la Sonacop et des ministères sectoriels concernés, le Chef a d’abord fustigé leur mutisme face aux nombreux problèmes qui minent le monde consumériste au Bénin et les a invités à plus d’activisme afin d’aider le gouvernement dans la connaissance des préoccupations des consommateurs béninois. Cette démarche dénote du souci du Chef de l’Etat de voir le béninois lambda vivre mieux à une période où la cherté des denrées de première nécessité prend des proportions inquiétantes. Seulement, on se pose encore des questions sur les motivations réelles du Chef de l’Etat. Avait-il besoin de solliciter l’aide des associations pour connaître les problèmes des consommateurs? Avait-il aussi besoin qu’elles l’aident à repérer et dénoncer les commerçants véreux qui augmentent de façon fantaisiste les prix des denrées? Tout le monde sait que le Chef de l’Etat a la possibilité de vérifier ou d’avoir toutes ces informations s’il veut bien sans passer par ces associations. Chose curieuse aussi au cours de cette rencontre du lundi dernier, c’est l’impasse faite par le par le président Yayi sur les difficultés actuelles des consommateurs des Gsm et de l’internet. En dépit de l’actualité de ces préoccupations, elles n’ont fait l’objet d’aucuns débats. L’absence du ministre de tutelle Marx Ahouèkè au début de la cérémonie a ainsi favorisé ce mépris. Au point où on se demande si Yayi veut-il faire fi des misères actuelles des consommateurs béninois dans ce secteur.

Récupération

Nul ne peut nier l’incapacité affichée par ces associations à défendre réellement les consommateurs. Pour autant, on se demande si l’efficacité recherchée pourrait être trouvée lorsqu’elles vont mieux s’accoquiner avec le gouvernement et le Chef de l‘Etat. En effet, au cours de cette rencontre, il a été scellé un nouveau pacte avec ces associations. Plus grave, la collaboration est allée au point où le Chef de l’Etat envisage un accompagnement à ces associations afin de les aider à mieux agir. Dans quelle intention l’envisage-t-on surtout que le Chef de l’Etat lui-même a dit clairement sa volonté de voir ces associations l’aider à avoir des informations sur le monde de la consommation et surtout sur les commerçants qui veulent se mettre au travers de l’éthique commerciale. N’est-ce pas là une velléité affichée d’inféoder ces associations et de les détourner de leurs missions originelles qui est de défendre les consommateurs ? Autant de questions qui taraudent les esprits et qui font dire à certains que Yayi est dans une opération de charme pour embobiner ces associations. D’ailleurs les premières tentatives semblent bien être mises en œuvre avec un cadre de concertation constitué par des responsables d’associations et qui doivent suivre les travaux. Là aussi, les deux personnes ont été désignées en catimini dans le lot des responsables d’associations reconnus très proches du pouvoir. Pourquoi le gouvernement a voulu laisser les choses dans les mains de gens qui utilisent la casquette de responsables d’associations de consommateurs pour défendre la politique du gouvernement. Ce cadre de concertation n’est-elle pas un machin créé pour contrôler à distance ces associations?