La Nouvelle Tribune

Non installation des 24 conseils communaux restants

Espace membre

Des pressions sur Boni Yayi
Le gouvernement s’en va autoriser enfin l’installation des conseils communaux bloqués par les militants des Forces cauris pour un Bénin (Fcbe). Ceci est la résultante des pressions dont le chef de l’Etat a été l’objet ces derniers jours.

Enfin, le pouvoir en place s’apprête à se soumettre à la rigueur de la loi, concernant l’installation des conseils communaux.  De sources proches du pouvoir, les préfets vont bientôt recevoir des ordres pour se conformer à la loi et procéder à l’installation bloquée par les partisans de Fcbe. C’est dire que les populations de Sèmè-Podji, d’Avrankou, Dangbo, Ifangni, Abomey-Calavi, Tanguiéta, Malanville et autres pourraient être  délivrées  et vont connaître bientôt les noms des 24 maires restants. Mais comment en est-on arrivé là ? Visiblement, les pressions et menaces sur la paix sociale au Bénin ont fini par avoir raison du  chef de l’Etat et de son gouvernement qui ont pris la responsabilité de respecter la loi. A cela s’ajoutent les pressions exercées par certaines représentations diplomatiques  qui tentent de faire remarquer au président Boni Yayi la mauvaise image que ce blocage donne de son régime.
Les premières actions violentes sont venues de la commune d’Avrankou où de sanglants affrontements ont opposé les cauris aux militants du Prd. Des blessés graves ont été    enregistrés des deux côtés. Des observateurs avertis de la situation politique nationale disaient que le feu allumé dans cette localité pourrait atteindre les autres communes où l’installation des conseils communaux a été empêchée. Dès lors, le président et la République, Boni Yayi, et son gouvernement étaient accusés de vouloir faire basculer le pays dans la violence à cause des calculs politiciens. Les choses en étaient là quand à l’Assemblée nationale des députés ont  décidé du boycott total de ses activités jusqu’au respect strict de la légalité. Depuis près de deux semaines, plus rien ne va au palais des gouverneurs à Porto-Novo. C’est dans cette ambiance de morosité que l’ambassadeur de France près le Bénin a rencontré le chef de l’Etat pour la décrispation de la tension politique actuelle. Aux dernières nouvelles, le gouvernement serait décidé à faire marche arrière en ordonnant l’installation des autres conseils communaux.

Jules Yaovi MAOUSSI