La Nouvelle Tribune

«La révision qui nous est proposée enlève au Parlement l’essentiel de sa substance», Eric Houndété

Espace membre

Le projet de loi portant révision de la Constitution préoccupe à plus d’un titre les honorables députés de la 6è législature en séjour à Parakou dans le cadre de la retraite parlementaire. A cet effet, une communication sur le thème « la révision constitutionnelle : utilité et enjeux » a été présentée par le député de l’Union fait la Nation Eric Houndété qui a émis des réserves par rapport au texte introduit par le gouvernement sur la table du président de l’Assemblée nationale.

L’une des communications qui a retenu l’attention des députés est celle présentée par le député  de l’opposition Eric Houndété sur le thème « la révision constitutionnelle : utilité et enjeux ». Les participants à la retraite parlementaire à Parakou ont décidé de s’imprégner du contenu du texte de loi sur cette révision de la Constitution et de mener des débats fructueux qui puissent inspirer les députés au moment où il s’agira de l’étudier en commission des lois. C’est au cours de la présentation de cette communication que le député de Force Clé, bien qu’il adhère au principe de révision de la Constitution, a soulevé des inquiétudes par rapport au contenu de cette loi. Il affirme à cet effet que « La révision qui nous est proposée enlève au Parlement l’essentiel de sa substance et fait du Parlement un accompagnateur de la volonté gouvernementale… Le cas du Sénégal nous expose, de quelqu’un qui a fait ses deux mandats, mais qui a pris soin de modifier la Constitution et qui a considéré que le point de départ du second mandat est le début de la nouvelle Constitution. Le compteur a été remis à zéro. Si chez nous, nous procédons à la révision d’une certaine Constitution, notre compteur peut être considéré par certains comme remis à zéro. Il faut faire en sorte que la loi qui vient ne vienne pas trépasser l’ancienne loi ». Au-delà de ces inquiétudes, le député Eric Houndété explique que le régime démocratique auquel nous avons souscrit, a codifié la séparation des pouvoirs avec des pouvoirs qui se tiennent et se complètent. Selon lui, il y a  un déséquilibre des pouvoirs. « Etant donné que nous avons besoin d’un large débat sur la question, j’ai voulu insister sur la nécessité d’adopter une démarche responsable de la révision de la Constitution… » a-t-il ajouté. Le président de l’Assemblée nationale qui était à l’écoute de son collègue a soutenu sa démarche et ses réflexions. Toutefois, il précise que ce n’est pas encore les débats en commissions mais les députés doivent s’imprégner du contenu du texte de loi pour des éventuels amendements au moment opportun