La Nouvelle Tribune

Prise de fonction de Séverin Adjovi à la mairie de Ouidah

Espace membre

Que cache la présence massive des ténors de l’opposition ?
Vendredi dernier, Séverin Adjovi, nouveau maire de la ville de Ouidah a pris officiellement fonction. A cette occasion, on pouvait constater la grande mobilisation des ténors de l’opposition autour de l’heureux du jour. Que cache un pareil soutien en ce moment où la guerre de conquête de fiefs est plus que jamais lancée pour l’horizon 2011?  La mobilisation était totale  vendredi dernier à Ouidah. Outre la population qui est sortie massivement pour acclamer  son nouveau maire, Séverin Adjovi, les invités de marques et acteurs politiques étaient légion. Si on a noté l’absence des grands noms de la mouvance présidentielle et surtout celle des ministres ressortissants de Ouidah et de la première dame, ce n’était pas le cas des ténors de l’opposition.

 Elles étaient presque toutes là, les figures de proue des regroupements  d’opposition. Le G4 était fortement représenté par Adrien Houngbédji, président du Parti du renouveau démocratique (Prd), une délégation de la Renaissance du Bénin (Rb) de Mme Rosine Vieyra Soglo. On pouvait également noter la présence des honorables Venance Gngla, Arifari Bako, Rachidi Gbadamassi, Issa Salifou, Saka Fikara et bien d’autres membres influents du G13. Alors certains s’interrogent sur cette présence des membres du G4 et du G13 en un si grand nombre à Ouidah. Interrogation à laquelle d’autres répondent par le fait que le G13 a des conseillers à Ouidah et grâce à qui Séverin Adjovi a pu se faire élire maire, ainsi que le Rb d’ailleurs. On ne devrait donc pas s’étonner que les membres du G13 aient effectué massivement le déplacement de Ouidah. La présence qui surprend le plus est celle de Adrien Houngbédji. Bien que celui-ci ait déclaré l’amitié qui l’unit à Séverin Adjovi depuis plus d’une trentaine d’années, beaucoup de Béninois estiment que cela cache autre chose.  En effet, expliquent-ils, tout acte que posent les politiciens aujourd’hui est orienté vers 2011. Année où le Bénin doit organiser les prochaines élections législatives et présidentielle. C’est donc déjà les prémices des alliances qui pourront naître dans cette perspective qui sont ainsi posés. Ce ne serait donc pas un déplacement innocent que le  challenger du président Boni Yayi à la dernière élection présidentielle de 2006 a effectué dans la cité touristique. Pour d’autres, c’est la mouvance même qui est en train de laisser le champ libre  à l’opposition. Pour eux, on ne saurait comprendre que la première dame soit de Ouidah, ainsi que pas moins de quatre ministres du gouvernement et qu’aucun d’eux n’effectue le déplacement pour venir assister à la cérémonie de passation de service du vendredi dernier. Ces observateurs pensent que même si la mouvance n’a pas d’accord avec le nouveau chef de la municipalité de Ouidah, c’est faire preuve d’une certaine immaturité politique. Car, ce sera perçu par les populations comme une opposition à leur choix. Toujours est-il que le fort arsenal déployé par l’opposition vendredi dernier à Ouidah, ville natale de la première dame, n’a pas laissé indifférentes les populations.

Benoît Mètonou