La Nouvelle Tribune

Audit de la lépi: les experts de l’Oif reçu en audience hier par le président

Espace membre

 

Le président de la République le docteur Thomas Boni Yayi a reçu en audience hier les experts de l’organisation internationale de la francophonie qui séjournent depuis un certains temps au Bénin dans le but d’évaluer la liste électorale permanente informatisée (lépi).

Analyser et identifier non seulement les avantages, les faiblesses et les insuffisances de la liste électorale permanente informatisée (lépi) mais aussi, parcourir les résultats et les difficultés qui ont caractérisé sa mise en œuvre pour enfin faire des suggestions et des recommandations pour son amélioration. Ce sont là les principales raisons  qui justifient la présence sur le territoire béninois de quatre experts du réseau des compétences électorales francophones (Récef) de l’organisation internationale de la francophonie (Oif). Pour Siaka Sangaré, chef de la délégation, cette mission se fera de façon indépendante et objective. Et pour mieux réussir leur objectif, ils envisagent rencontrer, tous les acteurs qui étaient impliqués dans le processus d’établissement de cette liste. Et comme pour joindre l’acte à la parole, la délégation a déjà rencontré le mercredi dernier Me Robert Dossou, président de la Cour constitutionnelle qui a géré les derniers contentieux électoraux ayant rapport avec la lépi. Après cette rencontre avec le président de la Cour constitutionnelle, ils envisagent aussi aller voir les autres acteurs que sont la société civile, les membres de la commission permanente de supervision de la lépi (Cps-lépi), le programme des nations unis pour le développement (Pnud) pour ne citer que ces acteurs. Pour sa part, le chef de l’Etat souhaite que les acquis de la lépi soit consolidés à la fin de la mission des experts qu’il a convoqué. Il faut rappeler que la délégation qui séjournera pendant une période qui s’étend du 28 janvier au 8 février 2012 soit 10 jours au Bénin pour accomplir sa mission est composée d’une canadienne, d’un mauritanien, d’une Algero-française et d’un malien.