La Nouvelle Tribune

Bardol Migan : «Que les Béninois laissent tout ce qui les embrouille pour se divertir»

A lire

USA : la promesse de Donald Trump à la communauté afro-américaine

Gambie : Yahya Jammeh et ses proches accusés d’avoir vidé les caisses de l’Etat

se connecter
se connecter

Samedi 14 janvier 2017 à partir de 19 heures se tient dans la salle rouge du palais des Congrès à Cotonou, un grand évènement d’humour, « Bonjour Bénin ». A quelques jours de cette grande soirée de rire, Bardol Migan, comédien-conteur béninois, président de l’Association Ifè culture et promoteur de ce festival d’humour explique à La Nouvelle Tribune comment se prépare l’évènement et invite les Béninois à laisser tomber les soucis pour venir vivre un moment mémorable d’entame d’une nouvelle année.

Vous organisez le festival d’humour Bonjour Bénin 2017. De quoi s’agit-il ?

« Bonjour Bénin » comme l’indique le nom, c’est une initiative qui vise à saluer, dire bonjour  à la population béninoise.  C’est une initiative qui vise à souhaiter les meilleurs vœux à toute la population béninoise à travers le One-man-show, l’humour,  un style assez particulier dans lequel le Bénin est encore à la traîne.

D’où est partie l’idée d’organiser un tel festival au Bénin ?

Nous avons pensé créer ce festival parce que nous avons eu la chance d’aller sur d’autres festivals à l’extérieur  en Côte d’Ivoire, au Congo, au Burkina Faso, au Niger et nous avons constaté qu’il n’y a pas encore d’humoristes béninois qui ont la possibilité d’aller sur ces festivals. Alors, on s’est dit pourquoi ne pas donner la possibilité à ces humoristes  qui sont chez nous mais qui n’ont pas l’opportunité d’aller à l’extérieur de se produire. Ces humoristes qui manquent d’espace pour pouvoir s’exprimer et à se faire connaître.  Nous avons décidé de créer ce festival avec nos maigres ressources et nous avons déjà fait la première édition en janvier 2015, la deuxième en janvier 2016 et là nous sommes en train de préparer la troisième édition pour ce début d’année 2017.

A propos de cette troisième édition qui a lieu ce samedi 14 janvier, il y a quoi au programme ?

Nous avons voulu placer la barre haut cette fois-ci. Les gens diront que nous avons exagéré mais ce n’est pas ça. Quand on fait quelque chose, on cherche à grandir.  Et nous nous pensons devoir le faire très bien.  Pour cette édition, nous avons initié une formation de trois jours pour les humoristes locaux qui ont envie de travailler et d’évoluer dans le domaine. Cette formation se déroulera à Porto-Novo.  Du lundi 09 au  mercredi 11 janvier nous sommes  à Porto-Novo avec les formateurs Nana Ardo du Cameroun et Arsène Kokou Yémadjè du Bénin. Ce sont deux humoristes pétris de talents que nous avons sollicités pour donner des rudiments aux humoristes locaux. Pour le festival, nous avons six pays invités à savoir : le Togo avec Kossi Djomatin alias Gogoligo, le Burkina avec Moussa Ouédraogo alias Petit sergent (lauréat du Prix Rfi talent), la Côte d’Ivoire avec Amélie Wabéhi (Madame deux côtés dans la série Ma famille), la Guinée avec Oumar Manet. Le sixième pays est le Maroc avec  la styliste Zemrani Zahira Caftel.

Qu’en est-il des humoristes béninois à voir sur scène?

Il y a beaucoup d’humoristes béninois. Les grands humoristes Pipi Wobaho et Eléphant mouillé sont en tête d’affiche.  Ils sont entourés des humoristes Judicaël Avaligbé, Géovanni Houansou, Affissou de Parakou, caporal Djangoun et d’autres.

La formation prend fin  le mercredi. Il y a quoi avant samedi, le grand jour du festival ?

Dès que nous finissons la formation avec une petite restitution à Porto-Novo le mercredi, nous allons revenir à Cotonou. Le Jeudi matin, nous allons faire le lancement officiel du festival au siège de l’association Ifè à Vèdoko, Cotonou avec  les Marocains d’ici et les différents partenaires qui ont accepté accompagner l’évènement. Après, dans la soirée au centre Artisttik Africa, il y aura un défilé de mode avec la styliste marocaine… Le vendredi nous serons à Parakou parce que nous avons été sollicités pour faire une partie du festival à Parakou. Enfin le samedi, nous serons à Cotonou      avec la grande soirée humoristique « Bonjour Bénin » dans la salle rouge du palais des congrès à partir de 19 heures. Je précise que cette édition est placée sous le thème « L’humour face aux enjeux du réchauffement climatique ».

Que comptez-vous faire à travers  ce thème« L’humour face aux enjeux du réchauffement climatique »?

C’est dire que tout en faisant rire, nous allons attirer l’attention sur les enjeux du réchauffement climatique. Au cours de la formation les humoristes formateurs auront le temps de préparer les jeunes humoristes à ça pour qu’au moment de la restitution, nous puissions profiter de l’occasion pour parler du réchauffement climatique avec la population. Leur dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire à travers le rire.

De façon générale, vous voudriez faire rire. Pourquoi avoir choisi de faire rire les Béninois en ce début d’année ?

L’objectif général est de faire rire les gens. Nous avons constaté que l’année que nous venons de terminer il y a quelques jours a beaucoup stressé les Béninois. Alors, nous estimons que pour bien passer la nouvelle année pendant les douze mois, il  urge  que les gens viennent assister à ce spectacle pour se déstresser, oublier les problèmes connus l’année écoulée et entamer une nouvelle année avec le sourire puisqu’on dit souvent que le rire est thérapeutique. Le rire guérit beaucoup de maladies. Alors, il important que les Béninois laissent tout ce qui les embrouille pour pouvoir se divertir avec ces humoristes que nous faisons venir de différents horizons.

Le comité d’organisation a-t-il un appel particulier à lancer ?

Nous faisons quelque chose d’important pour la population et tout le pays.  Nous avons besoin qu’on nous soutienne. Nous avons besoin que le ministère de la culture même s’y implique et que les partenaires publics ou privés s’investissent à nos côtés parce que c’est avec nos maigres ressources que nous faisons ce que vous avez. Et je dois vous assurer que « Bonjour Bénin », ce n’est pas moi, c’est toute une équipe, c’est des jeunes  dynamiques et pragmatiques.