La Nouvelle Tribune

Loi sur les collaborateurs extérieurs: déclaration de la CSTB et de la Fesyntra

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Le jeudi 16 mars 2017, malgré le blocage des principales issues conduisant au lieu du sit-in, des milliers de travailleurs invités par la CSTB, la Confédération la plus représentative du Bénin et La FESYNTRA-FINANCES, rejoints par les populations de Porto-Novo, ont manifesté sur l’esplanade de l’Assemblée Nationale :

Protestant contre les propositions de lois scélérates, introduites par des élus du peuple, et le projet de loi portant révision de la Constitution introduit par le gouvernement;

Exigeant le retrait pur et simple par les initiateurs de ces propositions de lois qui mettent le peuple de notre pays aujourd’hui affamé et chassé de leurs petits commerces, en danger si on connaît la méthode de fonctionnement et de "télécommande" du dit ‘’compétiteur né’’ Patrice Talon ;

Exhortant la majorité des députés à se démarquer des dits initiateurs de ces différentes lois et du projet de la révision du Président Talon, à les rejeter pour ne pas inscrire leurs noms sur les pages sombres de l’histoire de notre pays pour les générations futures ;

Les travailleurs dans leurs cris en chœur « Trop !!! C’est trop !!! Ça suffit », mettaient en garde les mandataires du peuple qu’ils disaient avoir à l’œil.

Malgré ce cri de cœur, contre toute attente, dans la nuit du vendredi 17mars 2017, le vote de la proposition de loi portant régime d’emploi des collaborateurs extérieurs de l’Etat introduit par les députés Orden ALLADATIN et Boniface YEHOUETOMEY, est intervenu par 51 voix pour. Les travailleurs rendront compte au peuple. Ils félicitent les 32 députés qui ont rejeté cette loi.

Le Président Patrice Talon par ses actes impopulaires, ayant perdu la confiance des couches défavorisées et des travailleurs de notre pays et aussi surtout celle des hommes de sa classe, qui ont cru à son accession au pouvoir,a choisi d’utiliser le parlement contre le peuple et les travailleurs pour légalement asseoir et renforcer son pouvoir autocratique et dictatorial.Le ‘’compétiteur né ‘’ dans les affaires, par l’accaparement des biens de l’Etat, est entrain de foncer pour la mise en place du pouvoir des riches contre celui des travailleurs et des peuples. Les élus du peuple ont refusé de rester soudés aux intérêts du peuple et au-dessus des leurs égoïstes, et au lieu de venir vers le peuple demander pardon pour les dossiers qu’ils auraient dans leurs placards, ont préféré céder aux chantages du « AGBONNON » déjà dégonflé et discrédité par son incapacité à mener une lutte efficace contre l’impunité.En lui faisant allégeance pour éviter la prison,ces élus oublient qu’au Bénin une loi votée et promulguée, rend imprescriptible les crimes politiques et économiques et que tôt, trop tôt ou tard, ils pourront être rattrapés à tout moment quand le peuple en aura décidé.

Par ce vote et probablement celui des autres lois liberticides, les députés de la 7ème législature viennent de confirmer après le vote du budget irréaliste 2017 à l’unanimité, toute la méfiance des mandants vis-à-vis de leurs mandataires. La préférence à la ‘’télécommande habituelle’’ d’un individu à celle du peuple.

Travailleurs, la balle est dans notre camp. Si nous refusons d’agir ici et maintenant, l’histoire retiendra qu’à un tournant décisif de la situation socio-politique nationale caractérisée par une mal gouvernance, des menaces graves sur les libertés, les travailleurs ont refusé de s’assumer er ont abdiqué. Nous félicitons les travailleurs qui déjà se battent (Développement rural, Santé, Finances, Education etc ;). Fidèles à leur ligne syndicale, la CSTB et la FESYNTRA-FINANCES invitent les travailleurs de tous les secteurs à un meeting de prise de décisions de contrat de lutte commune le vendredi 24 mars 2017 à la Bourse du Travail à partir de 08H pour conjurer le «wahala ».

COTONOU, le Samedi 18 mars 2017