La Nouvelle Tribune

Gsm au Bénin: Rafiatou Monrou exige un meilleur service et la baisse des tarifs

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

La ministre de l’économie numérique et de la communication, Rafiatou Monrou est très préoccupée par la qualité des services GSM et les tarifs appliqués aux abonnés. 

Le vendredi 10 février 2017, elle a rencontré à son cabinet les membres de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste, (Arcep-Bénin) et les opérateurs Gsm. L’objectif étant d’amener ces derniers à réduire le coût de la communication, conformément à la baisse des taxations. Vols de crédits, défaillances, perturbations des appels, usage illégal des simbox, non respect des taxations en vigueur … Tels sont les griefs des abonnés des réseaux Gsm contre les opérateurs. Griefs ressortis vendredi dernier par la ministre Rafiatou Monrou, lors de cette importante réunion.

En face d’elle, les responsables de Mtn, Moov, Glo et Libercom, tous accusés de violer les textes et de brimer allègrement leurs abonnés. A l’entame de la réunion, la ministre a rappelé les plaintes qui émanent des consommateurs, et qu’elle a pris la peine de recenser sur une longue période. Il s’agit entre autres de la qualité des appels, de leurs coûts élevés et du problème des simbox. Tout ceci va à l’encontre des vœux du Chef de l’Etat, soucieux d’offrir à ses compatriotes une bonne communication, et ce à moindre coût.

Après avoir ainsi planté le décor, la ministre a laissé entendre qu’il est inadmissible que les abonnés des réseaux Gsm continuent de payer des tarifs élevés pour leurs communications, alors que le gouvernement a procédé aux réductions des taxations sur les services qui sont passées de 23% à 10% depuis le début de l’année 2017. D’un ton ferme, elle a exigé que de nouveaux tarifs soient appliqués pour soulager la peine des abonnés.

« Pas question que les abonnés continuent d’être facturés ainsi malgré la baisse des taxes », a martelé Rafiatou Monrou.

L’autre problème que la ministre Monrou a soulevé concerne les simbox. Il s’agit d’un système de